Perte d'autorisation du port d'arme hors service, grogne de la police aux frontières de Roissy

Perte d'autorisation du port d'arme hors service, grogne de la police aux frontières de Roissy© BERTRAND LANGLOIS Source: AFP
Illustration : des officiers de la police aux frontières (PAF) à l'aéroport Marignane de Marseille

A cause d'un entraînement insuffisant, une grande partie des 1 800 policiers aux frontières travaillant à l'aéroport de Roissy a perdu l'autorisation de porter son arme en dehors de ses heures de service.

Alors qu'ils sont plus de 1 800 à travailler dans le principal aéroport parisien, Roissy-Charles-de-Gaulle, les officiers de la Police aux frontières (PAF) n'auront désormais plus le droit de porter leur arme de service en dehors des heures de travail, selon une information de RTL. En cause, un manque important d'entraînement en raison de l'indisponibilité des stands de tir. 

En effet, une nouvelle règle entrée en vigueur en 2016 stipule que, pour avoir le droit de porter son arme en dehors des heures de service, droit qui a été facilité depuis les attentats de 2015, les policiers doivent avoir fait au moins un entraînement au tir dans les quatre mois précédents.

Mais pour s'entraîner au tir, encore faut-il en avoir le temps. Or, c'est loin d'être le cas des policiers de la PAF de Roissy, constamment débordés en raison d'une multiplication des contrôles imposée par le contexte sécuritaire actuel tendu. Ajoutant à cela un manque de stands de tir disponibles et de formateurs, les policiers se retrouvent insuffisamment formés. Et ils craignent pour leur sécurité, voire pour leur vie.

Car, n'ayant plus le droit de ramener leur arme chez eux, les policiers de Roissy doivent passer plus d'une heure chaque soir pour la rapporter à l'armurerie de l'aéroport avant de revenir au vestiaire en traversant les terminaux de Roissy sans arme pour se protéger ou intervenir en cas d'urgence.

«On ne peut pas demander à des policiers en plein état d'urgence d'assurer la sécurité des citoyens et la leur alors qu'ils ne sont plus armés», a déclaré à RTL Mathieu Rael, secrétaire régional adjoint du syndicat Alliance Police nationale pour l'aéroport de Roissy.

Le syndicat exige que les policiers aient un nouveau stand de tir plus disponible ou des règles plus souples pour avoir le droit de garder leur arme. Contactée par RTL, la direction centrale de la Police aux frontières a reconnu l'existence du problème et a promis d'accélérer les formations au tir dans de meilleures conditions.

Lire aussi : Les douanes françaises saisissent du captagon, «drogue des djihadistes», destiné à l'Arabie saoudite

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.