Du cannabis, des armes, du liquide et un lance-roquettes anti-char saisis à Saint-Denis

Du cannabis, des armes, du liquide et un lance-roquettes anti-char saisis à Saint-Denis © FRED TANNEAU Source: AFP
Image d'illustration.

La police a fait une importante saisie dans la ville de Saint-Denis en banlieue parisienne. Outre la drogue et les armes, les suspects avaient aussi en leur possession des explosifs et du matériel de police. Deux hommes ont été placés en détention.

La police a confirmé à l'AFP une information du Parisien selon laquelle une opération de police menée dans la cité Jacques-Duclos à Saint-Denis le 17 août avait permis la découverte d'un important arsenal et une grande quantité de drogue. Deux fusils à pompe, des munitions de calibre 12 et 9 mm, 40 kg de résine de cannabis, de l'argent liquide, des gyrophares de police, des gilets pare-balles... et un lance-roquettes anti-char auraient été découverts. Deux hommes de 30 et 40 ans ont été mis en examen et écrouéspour trafic d'armes et de stupéfiants, suite à l'opération.

«Plusieurs personnes ont été entendues», dont un gardien d'immeuble, âgé de 40 ans, et récemment recruté par Plaine commune habitat, a de son côté indiqué Stéphane Peu, le député communiste de la circonscription. Le bailleur Plaine commune habitat, qui gère plus de 18 000 logements sur sept communes de Seine-Saint-Denis, a déclaré dans un communiqué que si «des charges devaient être retenues contre lui [le gardien entendu par les enquêteurs], une procédure de licenciement serait immédiatement lancée [contre lui]». Le bailleur a en outre déclaré avoir alerté la préfecture à «maintes reprises» sur la «situation grave» de cette cité.

Cette saisie est la deuxième prise importante de la police en quelques mois sur la commune. En novembre, un camion transportant 500 kg de cannabis en provenance d'Espagne avait été intercepté par les douanes au moment où il entrait dans un local municipal de Saint-Denis. Trois hommes soupçonnés d'être impliqués dans ce trafic, et dont l'un travaillait pour la mairie, ont été mis en examen et écroués. 

Pour l'élu municipal Madjid Messaoudene cité par l'AFP, l'opération de police est «l'arbre qui cache la forêt» dans des citées «gangrenées» par le trafic sur le territoire de la commune. Pour cet élu il manquerait «200 policiers à Saint-Denis si l'on compare avec Paris».

Lire aussi : Aulnay-sous-Bois : des policiers agressés, leurs armes non létales dérobées

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.