Aulnay-sous-Bois : des policiers agressés, leurs armes non létales dérobées

- Avec AFP

Aulnay-sous-Bois : des policiers agressés, leurs armes non létales dérobées © GEOFFROY VAN DER HASSELT Source: AFP
Image d'illustration. L'entrée de la cité des 3000 en février 2017.

Un jeune homme a été interpellé après l'agression de policiers à Aulnay-sous-Bois, dans la cité des 3 000, où avait éclaté l'«affaire Théo». Un taser et un lanceur LBD40 (comparable au flash-ball) auraient été dérobés et n'ont pas été retrouvés.

La police a placé en garde à vue un suspect âgé de 18 ans dans le cadre d'une affaire d'agression sur des policiers survenue le 17 août à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Trois agents de la police locale se sont vus agressés et un lanceur de balles de défense et un pistolet à impulsion électrique leur ont été dérobés. Les armes n'ont toujours pas été retrouvées. 

Une source proche de l'enquête citée par l'AFP a donné les détails de l'agression des agents. Le 17 août vers 18h, un équipage de trois policiers locaux a voulu procéder au contrôle d'identité d'un jeune homme dans un secteur susceptible d'être un «point de deal» dans la fameuse cité des 3 000, où a éclaté en février l'«affaire Théo», qui a engendré plusieurs nuits de violences urbaines dans le quartier. L'individu suspect a refusé d'obtempérer au contrôle d'identité et aurait porté un coup au visage d'un des fonctionnaires avant de prendre la fuite, poursuivit par deux des trois agents présents.

Le troisième fonctionnaire resté en retrait aurait alors été assailli par «une trentaine de personnes», qui auraient essayé de lui porter des coups et dont l'une d'elles a dérobé deux armes non létales se trouvant à l'arrière du véhicule de police : un laceur de balles en mousse ou en caoutchouc LBD40 (comparable à un flash-ball) et un pistolet à impulsion électrique de type Taser. L'individu ayant dérobé les armes aurait ensuite tiré un projectile avec le LBD40 sur le véhicule dans lequel le fonctionnaire avait réussi à entrer. L'enquête a été confiée au commissariat d'Aulnay-sous-Bois.

Lire aussi : Affaire «Théo» : le pantalon aurait pu glisser tout seul, admet Théodore Luhaka

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.