Affaire «Théo» : le pantalon aurait pu glisser tout seul, admet Théodore Luhaka

Affaire «Théo» : le pantalon aurait pu glisser tout seul, admet Théodore Luhaka© Arnaud Journois / LE PARISIEN Source: AFP
François Hollande rendant visite à Théodore L. dans sa chambre d'hôpital, le 7 février 2017

Lors de la dernière audition de Théodore Luhaka., rapporte Le Parisien, l'Aulnaysien a déclaré que les policiers n'avaient, à son avis, pas voulu baisser son pantalon. Une version qui contredit ses premières descriptions de son interpellation.

Nouveau rebondissement dans l'«affaire Théo» ? Dans un article du 21 mars, Le Parisien rapporte des propos du jeune homme tenus lors de sa dernière audition par la justice, le 3 mars dernier, qui contredisent sa précédente version des faits.

Selon le journal, la juge qui avait convoqué l'habitant d'Aulnay-sous-Bois ce jour-là lui rappelle sa première et immédiate description de son interpellation, qu'il avait donnée le 2 février : un policier lui aurait enfoncé une matraque dans l'anus, après avoir écarté son caleçon, pendant qu'un deuxième fonctionnaire lui tenait les jambes et qu'un troisième le maintenait debout et légèrement incliné.

La magistrate ajoute que cette version semble peu plausible au regard des vidéos de surveillance et des constatations réalisées sur le caleçon percé de Théodore Luhaka. Ce dernier répond alors qu'il ne se souvient pas de ses déclarations de début février, et précise qu'il n'était «pas en état» lors de sa première audition et qu'il n'avait pas relu le procès-verbal.

Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c'était volontaire. Ils essayaient de me maîtriser.

Alors que la magistrate lui fait remarquer qu'il portait un jogging très lâche le jour de sa violente arrestation, Théodore Luhaka répond : «Si tu ne serres pas ton pantalon avec le cordon, logiquement il descend tout seul. Et puis je prends mes pantalons en XL, ce n'est pas ma vraie taille». Puis ajoute : «Quand l'un des policiers m'a attrapé, mon pantalon a glissé. [...] Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c'était volontaire. Ils essayaient de me maîtriser. Et comme mon pantalon n'était pas bien attaché, il tombait.»

Viol ou accident ? Les motivations du policier à la matraque restent à déterminer

Concernant l'utilisation de la matraque télescopique par le policier l'ayant blessé à l'anus, en revanche, Théodore Luhaka maintient sa version initiale : le fonctionnaire, considère-t-il, l'a violé (volontairement, donc). Une version contestée par le policier mis en examen pour viol, qui plaide l'accident.

Après visionnage des vidéos de surveillance, l'inspection générale de la Police nationale (l'IGPN, la police des polices), a de son côté affirmé que l’introduction de l'objet dans l'anus du jeune homme n'avait pas été voulue. Le policier responsable de cet acte, indique le rapport de l'IGPN, a «vis[é] la cuisse pour faire plier la jambe de l'intéressé».

Gravement blessé au niveau du rectum à la suite de son interpellation, le jeune homme avait dû être opéré et s'était vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Lire aussi : La famille de Théo fait l'objet d'une enquête financière depuis juin 2016 pour escroquerie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage