«C’est pas les technocrates coincés qui l'auraient inventé» : Barbier pas peu fier de son rap

«C’est pas les technocrates coincés qui l'auraient inventé» : Barbier pas peu fier de son rap© KENZO TRIBOUILLARD Source: AFP
Christophe Barbier

Après le malaise qu'a provoqué Christophe Barbier sur la toile avec son rap parodique adressé à Emmanuel Macron, l'éditorialiste de L'Express persiste et signe, décrivant un texte «formidable».

L'ex-directeur de la rédaction de L'Express Christophe Barbier a étonné la toile avec un texte de rap parodiant la chargée de communication de l'Elysée avec les journalistes, Sibeth Ndiaye. Aussitôt, une déferlante de commentaires moqueurs avait submergé la toile, certains internautes reprochant en outre à l'éditorialiste une certaine condescendance à l'égard de la jeune femme, voire une forme de racisme. 

Nullement touché par ces attaques, Christophe Barbier a défendu le 16 août auprès de France Info son «formidable» texte parodique qui, selon lui, met en valeur «le talent» de Sibeth Ndiaye.  

Il a expliqué avoir choisi la jeune femme car celle-ci serait «très haute en couleur, très moderne» et surtout parlerait de manière «crue».

Je vais peut-être mettre en scène Macron dans une battle à Bercy avec d'autres rappeurs

«Avec ce rap, je rends hommage à son talent et à son inventivité. C’est pas les technos coincés qui auraient pu l'inventer», a-t-il expliqué. Le célèbre journaliste à l'écharpe rouge confie s'être documenté auprès de ses enfants et des enfants d'amis, «pour savoir quelles étaient les expressions à utiliser», et s'est penché sur les textes des «rappeurs à la mode». «Je vais peut-être mettre en scène Macron dans une battle à Bercy avec d'autres rappeurs», ajoute-t-il, ambitieux. 

Et de conclure, avec sincérité : «Ce qui manque dans mon rap, c'est la musique. Je ne suis pas capable de la composer…»

Le texte de rap ayant tant fait jaser comprenait notamment : «Yo ! Yo ! Je suis le Kid, je suis le boss, je suis le Prez', pour vous je bosse [...] Au Blanc-Mesnil ou à Pantin, chez les bouffons, chez les pantins, je suis le 1.»

Lire aussi : Retirer la 5e semaine de congés : la bonne idée de Christophe Barbier pour redresser la France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»