A Paris, les rivaux libyens al-Sarraj et Haftar s'accordent sur un processus électoral l'an prochain

A Paris, les rivaux libyens al-Sarraj et Haftar s'accordent sur un processus électoral l'an prochain
Emmanuel Macron, avec le général Khalifa Haftar (gauche) et Fayez al-Sarraj (droite), photo ©PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Le chef du gouvernement de Tripoli Fayez al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar, qui contrôle l'Est du pays, ont été reçus par le président français. Les deux hommes forts libyens se sont engagés à mettre en place des élections au printemps 2018.

Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale, et le maréchal Khalifa Haftar, se sont rencontrés ce 25 juillet sous l'égide d'Emmanuel Macron, au château de La Celle-Saint-Cloud. «L'un et l'autre ont acté un accord en vue des élections au printemps prochain», a affirmé le président de la République au cours d'une conférence de presse, à l'issue de la rencontre.

Les deux hommes qui se partagent le contrôle de la Libye se sont engagés par ailleurs à cesser les hostilités, sans toutefois donner de date ou d'échéance précise. «Nous nous engageons à un cessez-le-feu et à nous abstenir de tout recours à la force armée pour tout ce qui ne ressort pas strictement de la lutte antiterroriste [...] et condamnons fermement tout ce qui menace la stabilité du territoire», ont déclaré conjointement les deux dirigeant rivaux, selon un communiqué de presse de la présidence de la République.

Le texte en dix points, réaffirme que seule une solution politique permettra de sortir de la crise libyenne et réitère la validité des accords de Skhirat, signés en 2015 sous l'égide de l'ONU. «C'est un processus qui est essentiel pour l'Europe toute entière car si nous ne réussissons pas ce processus, à travers les risques terroristes, à travers les conséquences migratoires qu'un tel échec produirait, les conséquences sur nos pays sont directes», a souligné Emmanuel Macron, six ans après l'intervention militaire française en Libye.

Reste donc à traduire en actions ces déclarations, alors que depuis 2011 et la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye, en proie au chaos et au terrorisme est encore loin de connaître la stabilité politique. Le pays est aujourd'hui polarisé en deux zones : l'une contrôlée par le gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, basé à Tripoli et soutenu par l'ONU, et l'Est dominé par les forces de Khalifa Haftar, soutenues par l'Egypte et les Emirats arabes unis. En dehors de ces deux zones et en leur sein même, des myriades de milices islamistes, ainsi que Daesh, se disputent également le contrôle du territoire.

Lire aussi : Libye : après Sarkozy et Hollande, Macron propose ses bons offices

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.