Six ans après le début du Printemps arabe aucune démocratie en vue en Libye

Six ans après le début du Printemps arabe aucune démocratie en vue en Libye© Ismail Zetouni Source: Reuters
Ruines dans la ville libyenne de Syrte, octobre 2016

Cela fait six ans qu'une vague de manifestations a secoué le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. La Libye, qui s’est retrouvée bien malgré elle au milieu de cette révolution, lutte toujours contre le chaos et la violence.

Le Printemps arabe parait bien lointain pour la Libye, qui peine à reconstruire sur les cendres de la guerre civile post-Kadhafi.

A l'heure actuelle, la Libye est divisée entre deux forces principales : le parlement basé à Tobrouk et le gouvernement d’union nationale soutenu par l’ONU, installé à Tripoli, le tout sous la menace de nombreux groupes armés, notamment Daesh et d’autres groupes djihadistes qui tentent également de contrôler le pays.

Diarchie

Le 15 février, les deux chefs liés au parlement de Tobrouk, dont Khalifa Haftar, l’ancien ministre de la Défense du gouvernement basé à Tobrouk qui existait avant le gouvernement de Tripoli, ont refusé une invitation à se rendre au Caire, proposée par des représentants du gouvernement soutenu par l’ONU, selon l’agence de presse turque Anadolu citant Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement de Tripoli. Les négociations parrainées par l’Egypte visaient à aborder les différences entre les deux forces politiques, mais toutes les tentatives visant à les amener à la table des négociations se sont révélées vaines.

© Thaier al-Sudani Source: Reuters
Une photo d'archive, la ville de Syrte en 2011

Paradoxalement, le gouvernement d'union nationale a été établi en 2016 pour surmonter la période de diarchie qui existait en Libye depuis 2014, quand l’Etat avait été divisé entre le gouvernement de Tobrouk et celui basé à Tripoli, composé d’islamistes. Les parties ont convenu de créer un gouvernement d’entente nationale, proposé par l’ONU le 17 décembre 2015.

Mais la transition vers ce nouveau gouvernement a écarté Khalifa Haftar, ce qui a provoqué davantage de clivages au sein de l’élite politique libyenne. En outre, ce gouvernement n’a pas sa propre armée, c’est pourquoi il existe à Tripoli de nombreux groupes armés rivaux. Certains d’entre eux soutiennent le gouvernement, d’autres sont liés à des groupes islamistes.

Anarchie

En octobre 2016, une faction de combattants a défié le gouvernement d'union nationale en proclamant leur propre gouvernement. Ils se sont emparés d'un bâtiment parlementaire et échangé des tirs avec des groupes loyalistes. Cette situations reflète la Libye dans son ensemble, où militaires et milices tribales déterminent la vie quotidienne de la population sans aucune considération pour les autorités centrales.

La semaine dernière, un autre groupe de combattants a annoncé la création d’un autre organisme, la Garde nationale libyenne. Bien qu’ils affirment n'être liés à aucun parti politique ou tribu, ils sont déjà impliqués dans des affrontements armés avec ceux qui soutiennent le gouvernement d’union nationale.

© Hani Amara Source: Reuters
Des combattants des forces armées libyennes luttent contre Daesh à Syrte en octobre 2016

Dans le même temps, le gouvernement d’union nationale a annoncé ne pas être en mesure de faire face à la situation et a envoyé le 16 février, selon Reuters, une requête officielle à l’OTAN demandant de l’aide pour entraîner et renforcer les forces armées libyennes.

La Libye avait plongé dans le chaos après le renversement et le meurtre du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, en 2011. S'en était suivie une violente guerre civile, dans laquelle l’OTAN et ses alliés avaient soutenu les rebelles.

Trafic d’êtres humains et contrebande de pétrole

Avant la crise de 2011, la Libye avait une économie prospère, tirée de ses importantes recettes pétrolières, capable de créer des emplois pour des centaines de milliers de personnes. Kadhafi luttait également contre les trafiquants d’êtres humains et autres passeurs.

Actuellement, dans le chaos post-Kadhafi, des combattants de différents groupes ont profité du désordre ambiant pour se reconvertir dans le trafic d’êtres humains et la contrebande de pétrole. Selon une journaliste italienne, Frecesca Mannocchi, la côte occidentale libyenne s’est transformée en un paradis pour les fraudeurs, où la police locale et les garde-côtes sont impliqués dans les activités de contrebande pétrolière.

Le nombre de migrants morts dans leur tentative de traversée de la mer Méditerranéenne entre la Libye et l'Italie a aussi atteint des niveaux dramatiques, a fait savoir l’agence AP citant Fabrice Leggeri, chef de Frontex, l'agence européenne pourla gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures. Selon lui, en 2016, un nombre record de 4 579 personnes se sont noyées en Méditerranée, et ce chiffre pourrait bien être inférieur à la réalité. En comparaison, 2 869 victimes ont été comptabilisées en 2015 et 3 161 en 2014.

De plus, certains combattants cherchent à détruire l’infrastructure pétrolière du pays et ceux qui contrôlent déjà des installations essaient de s'emparer ou saboter les autres sites sous le contrôle de leurs rivaux.

Ce pétrole de contrebande est acheminé en Europe, grâce à la collaboration de la mafia sicilienne, comme l’affirment les habitants témoins de ces trafics. D’après les autorités, l’Etat accuserait déjà 360 millions de dollars de manque à gagner.

Sans compter que la production pétrolière libyenne a diminué sous les 715 00 barils par jour, tandis que sous Kadhafi ce chiffre pouvait atteindre les 1,6 millions de barils.

Un terreau fertile pour l’extrémisme

La ville natale de Kadhafi, Syrte, est toujours contrôlée par Daesh qui s'en était emparée en 2015. L’Etat islamique s’est répandu en Libye au cours de ces deux dernières années. Selon des estimations de l’ONU, entre 2 000 et 3 000 terroristes de Daesh combattent en Libye, dont 1 500 à Syrte.

L’Occident, qui avait soutenu à l’époque les «combattants de la liberté» luttant contre «le dictateur Kadhafi», semble désormais réaliser que l’intervention en Libye en 2011 était une erreur.

«La Libye est un autre pays ayant connu trop d’interventions. Selon moi, Kadhafi aurait dû rester au pouvoir, parce qu’il était une sorte de force stabilisatrice», a confié à RT le générale de l’armée américaine Paul Vallely, en octobre 2016. «C’était Obama et le département d’Etat qui y ont mis en place les vente d’armes, armé les Frères musulmans et soutenu les éléments radicaux d’Al-Qaïda», a-t-il ajouté.

Un député du Parlement européen, Georg Mayer, a lui aussi dénoncé cette intervention occidentale. «Ce que nous voyons et ce que nous avons vu c’est que beaucoup de gens sont morts dans cette guerre civile, beaucoup de gens souffrent de la guerre civile, beaucoup de gens souffrent sous le joug de Daesh et ils cherchent bien sûr à sortir de ces zones de guerre. Et c’est ce que nous voyons en Europe. Des gens arrivent ou veulent venir pour s’installer dans un lieu plus sûr», a-t-il expliqué.

En janvier, le directeur sortant de la CIA John Brennan a admis que les Etats-Unis avaient commis des erreurs dans leur évaluation du Printemps arabe, créant ainsi un terreau fertile pour les terroristes au lieu d’ouvrir une voie vers la démocratie.

«Je pense qu’il y avait des attentes très irréelles à Washington, qui pensait que le Printemps arabe pouvait chasser ces régimes autoritaires et voir ensuite la démocratie prospérer», a-t-il déclaré dans une interview à CNN.

Il a conclu en disant que ce que les gens au Moyen-Orient et en Afrique du Nord souhaitaient, c'était la liberté «pour eux-mêmes, leur groupe ou leur tribu», parce que «la notion de démocratie n’est pas enracinée dans ces cultures et ces pays».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales