Coupes budgétaires : la police ne sera pas en mesure d'assurer la sécurité des JO, selon un syndicat

Coupes budgétaires : la police ne sera pas en mesure d'assurer la sécurité des JO, selon un syndicat© Gonzalo Fuentes Source: Reuters

Alors que le Comité international olympique a attribué à Paris l'organisation des Jeux olympiques de 2024 ou 2028, un syndicat de la police nationale dénonce un manque flagrant de moyens et d’effectifs pour protéger l’événement.

«Dans son état actuel, la police ne pourra pas sécuriser le quotidien, assurer une vigilance antiterroriste et en plus, sécuriser un événement international de ce type.» C’est le cri d’alarme poussé le 11 juillet par le syndicat de la police nationale UNSA, à propos de l'organisation des Jeux olympiques par la ville de Paris. Le même jour, le Comité international olympique avait proposé à la capitale française et à Los Angeles de s'entendre sur l'attribution des Jeux 2024 et 2028 (Paris tenant à les organiser à la première date).

Dans son communiqué publié sur Twitter, le syndicat dénonce avec véhémence les coupes budgétaires annoncées par le gouvernement, qui aggraveraient selon lui ce manque de moyens des forces de l'ordre.

De manière générale, l'annonce de coupes à hauteur de 526 millions d'euros dans le budget 2018 du ministère de l'Intérieur par Gérald Darmanin inquiète fortement les syndicats de police.

«C'est surprenant et totalement incompréhensible», a commenté auprès de l'AFP, Patrice Ribeiro, du syndicat Synergie-Officiers tandis que Céline Berthon, secrétaire générale du Syndicat national des commissaires de police, a fait part de sa «surprise et de son immense inquiétude».

«Soit il s'agit d'économiser sur les moyens donnés à la police et donc, de la rendre un peu plus inopérante, soit il s'agit d'économiser sur les salaires ou carrières des agents et donc d'engager un bras de fer historique avec les policiers, ce qui ne garantit en rien leur collaboration pacifique», déplore-t-on dans le communiqué de l'UNSA.

Lire aussi : Réduction du budget de la Défense : un «reniement» et un acte «irresponsable» d'Emmanuel Macron

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.