Réduction du budget de la Défense : un «reniement» et un acte «irresponsable» d'Emmanuel Macron

Réduction du budget de la Défense : un «reniement» et un acte «irresponsable» d'Emmanuel Macron© Philippe Wojazer Source: Reuters
Le cockpit d'un avion de chasse français

Alors qu'Emmanuel Macron avait promis de faire passer le budget de la Défense à 2% du PIB d'ici 2025, l'opposition est vent debout contre une restriction budgétaire plus ou moins dissimulée qui vient d'être annoncée par le gouvernement.

Le gouvernement, qui vient de présenter une série de coupes budgétaires affectant plusieurs ministères, ne doit théoriquement pas toucher au budget de la Défense. Mais le surcoût des opérations extérieures, d'ordinaire réparti entre la totalité des ministères, sera cette fois imputé au ministère des Armées à hauteur de 850 millions d'euros... ce qui revient à dire que le budget de la Défense sera diminué d'autant. Plusieurs personnalités d'opposition analysent comme une coupe budgétaire dissimulée. 

Du côté des Républicains, la manœuvre de la majorité est jugée hautement contestable. Pour Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, le gouvernement commet en effet «une faute». La porte-parole de LR Valérie Boyer va plus loin et souligne le «reniement» que constitue cette décision. Emmanuel Macron avait en effet promis de porter le budget militaire à 2% du PIB d'ici 2025.

Au Front national, les restrictions budgétaires imposées à l'armée sont violemment critiquées. Marine Le Pen, présidente du parti, estime qu'elles «affaiblissent» la France.

David Rachline, sénateur-maire FN de Fréjus, y voit quant à lui les prémices d'une «Europe de la Défense» qu'Emmanuel Macron préférerait à une armée française indépendante – une idée «utopique et dangereuse» selon lui.

L'ancienne présidente socialiste de la Commission de la défense, Patricia Adam, estime quant à elle que le revirement de l'exécutif ainsi que le flou relatif dans lequel cette restriction budgétaire a été décidé, est «irresponsable». 

«Emmanuel Macron n'a cessé de promettre une hausse du budget de la défense et on ne peut retirer les hommes des terrains de guerre en trois mois, soyons sérieux», ajoute l'ex-sénateur spécialiste des questions de Défense Jacques Gautier, interrogé par Les Echos.

Lire aussi : Le plan d'économies drastique du gouvernement suscite inquiétude et interrogation dans l'opposition

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»