Un député LR devant la justice sur une plainte de Salah Abdeslam

- Avec AFP

Un député LR devant la justice sur une plainte de Salah Abdeslam  © Police Nationale
Salah Abdeslam, membre présumé du commando responsable des attentats du 13 novembre 2015 à Paris
Suivez RT France surTelegram

Le terroriste présumé reproche au député d'avoir porté atteinte à sa «vie privée» pour avoir décrit avec précision la façon dont il vivait à la prison de Fleury-Mérogis à des journalistes.

Salah Abdeslam, le dernier survivant du commando responsable des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, attaque le député LR fraîchement réélu Thierry Solère devant le tribunal de Nanterre le 21 juin pour atteinte à sa vie privée. Le terroriste présumé reproche au parlementaire d'avoir décrit ses conditions de détention à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne) dans le Journal du dimanche.

Le 29 juin 2016, le député Thierry Solère, utilisant son droit parlementaire à visiter les prisons, s'était rendu en compagnie de deux journalistes du JDD à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis où Salah Abdeslam est détenu à l'isolement depuis son extradition de Belgique, en avril 2016. Les journalistes n'avaient pas pu accéder à la salle de vidéosurveillance du détenu, mais le député leur avait décrit précisément ce qu'il avait vu, du brossage de dents à la prière.

«Il était en survêtement et tee-shirt sombre, cela fait une semaine qu'il ne porte plus la djellaba, et il a noué autour de sa taille une veste, avant de se mettre à genou, tourné vers l’Est… Une longue prière», avait-il ainsi déclaré aux journalistes. 

Une atteinte à sa «vie privée»

Thierry Solère avait interpellé le garde des Sceaux, à l'époque Jean-Jacques Urvoas, affirmant que Salah Abdeslam bénéficiait d'une «salle de sport» exclusive en référence à une cellule avec un rameur dans lequel le détenu est autorisé à faire de l'exercice. 

Maître Frank Berton, l'avocat du terroriste présumé, avait dénoncé dans une lettre au ministre le comportement du député, «comme s'il s'était promené au zoo de Vincennes» et avait demandé à la justice administrative de suspendre en urgence la vidéosurveillance de son client au nom de sa «vie privée». Cette requête a été refusée en juillet par le tribunal administratif puis par le Conseil d'Etat. Salah Abdeslam avait de son côté attaqué Thierry Solère au civil, lui demandant un euro de dommages et intérêts pour atteinte au droit au respect de sa vie privée.

«J'ai fait mon travail dans cette affaire, et je ne me laisserai intimider par personne», a commenté de son côté Thierry Solère lors de l'émission Questions d'info sur LCP mercredi dernier. La défense du député souligne notamment que ses déclarations au JDD sont «tout à fait anodines» et qu'elles relèvent du droit d'informer le public.

Selon une source proche du dossier, le terroriste présumé ne sera pas extrait de sa cellule pour cette audience. En outre rien n'indique qu'un avocat viendra plaider pour lui, Frank Berton et Sven Mary ayant renoncé à le défendre pour le procès des attaques de Paris prévu en octobre 2017 en raison de son silence persistant face aux enquêteurs.

Lire aussi : Attentats du 13 novembre : nouvelle audition de Salah Abdeslam, toujours muet

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix