Un an après le double assassinat de Magnanville, la police et la classe politique rendent hommage

Un an après le double assassinat de Magnanville, la police et la classe politique rendent hommage© Dominique Faget Source: AFP
Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, assassinés à Magnanville

Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider ont été assassinés il y a un an à leur domicile à Magnanville par un islamiste se revendiquant de Daesh, Larossi Abballa. Un an après cet acte de terrorisme, plusieurs hommages ont été rendus au couple.

Le 13 juin 2016 Jean-Baptiste Salvaing, commandant de police et adjoint du commissariat des Mureaux (Yvelines), et sa compagne Jessica Schneider, 36 ans, agent administratif du commissariat voisin de Mantes-la-Jolie, ont été assassinés à coups de couteau à leur domicile par un homme se réclamant de l'Etat islamique, Larossi Abballa

Minutes de silence dans des commissariats des Yvelines

«La douleur d'avoir perdu deux des nôtres est encore vive et ne s'effacera jamais» : c'est avec ces mots que le préfet des Yvelines a rendu un court hommage au couple de policiers assassinés il y a un an à Magnanville, en banlieue ouest de Paris, avant une minute de silence au commissariat de Versailles.

Cette attaque dans la sphère privée «a modifié la perception des policiers sur l'ensemble du territoire et ça fait partie des réflexes supplémentaires, notamment sur le trajet entre leur service et leur domicile», a témoigné le commissaire Gilles Moussiegt, directeur départemental adjoint de la Sécurité publique des Yvelines.

Des minutes de silence ont été respectées dans d'autres commissariats des Yvelines, notamment aux Mureaux et à Mantes-la-Jolie, ainsi qu'à Pézenas, dans l'Hérault, d'où était originaire Jean-Baptiste Salvaing.

Lire aussi : Meurtre de policiers dans les Yvelines : ce que l'on sait du tueur, partisan de l'Etat islamique

Les politiques se souviennent et saluent les forces de l'ordre 

Le Premier ministre Edouard Philippe a rendu «hommage [aux] forces de l'ordre, en première ligne pour assurer la sécurité des Français».

«Toutes mes pensées vont au couple de policiers tué à Magnanville. Soutien total à nos forces de l'ordre», a posté sur Twitter le président de Debout la France.

Le président la région Ile-de-France Valérie Pécresse a aussi salué la mémoire des deux fonctionnaires assassinés. 

«Un an après l'assassinat islamiste de Magnanville, mes pensées vont aux défunts policiers», a publié Marine le Pen. 


Lire aussi : Policiers tués : le djihadiste Larossi Abballa aurait pisté sa victime pendant plusieurs jours

Quels changement pour les policiers depuis l'attaque ? 

Conséquence du drame, l'exécutif a publié un arrêté daté du 25 juillet 2016 afin que les policiers puissent conserver leur arme sur eux hors service, sur autorisation de leur hiérarchie.  

De plus, le renforcement de leur anonymat lors des procédures ou de leurs communications a été mis en place. Ils ne reçoivent par exemple plus de lettre à entête à leur domicile afin qu'ils ne soient pas reconnus comme étant des policiers.

Ils sont aussi, sous le régime d'état d'urgence, autorisés à inscrire leur référent d'identité opérationnelle (RIO), au lieu de leur numéro de matricule et de leur identité dans les compte-rendus et actes de procédure concernant des crimes ou délits punis d'au moins trois ans d'emprisonnement.

Jean-Baptiste Salvaing avait été attaqué devant son pavillon. Larossi Abballa est ensuite entré dans le pavillon du couple, séquestrant, puis égorgeant Jessica Schneider sous les yeux du petit garçon de trois ans et demi des deux policiers.

Avant d'être abattu par le Raid, Larossi Abballa avait revendiqué son acte au nom du groupe Etat islamique et promis de nouvelles attaques dans une vidéo postée en direct sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Menace terroriste au niveau «maximal» après l’assassinat d’un couple de policiers par un djihadiste

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.