Scandale : un juge dérape lors d'un procès pour violences conjugales

Scandale : un juge dérape lors d'un procès pour violences conjugales© Jean-Pierre Muller Source: AFP
Photo d'illustration

Un magistrat du tribunal de Nanterre est sur la sellette après avoir tenu des propos déplacés en pleine audience, reprochant à une plaignante de ne pas honorer son «devoir conjugal» envers son époux, qu'elle accuse pourtant de violences conjugales.

Alors qu'un homme comparaissait le 31 mai pour «menace de mort réitérée» lors d'un procès pour violences conjugales, un juge du tribunal correctionnel de Nanterre s'est autorisé quelques propos incongrus à l'endroit de la plaignante. 

Rappelant que le couple faisait chambre à part depuis plusieurs semaines, l'accusé a en effet reçu un soutien inattendu et déplacé de la part du magistrat, ce dernier estimant que l'épouse se soustrayait à son devoir conjugal. 

Outrée, l'avocate de la partie civile n'a pas mâché ses mots dans les colonnes du journal Le Parisien : «[Le juge] a insisté! Par trois fois, il est revenu sur le devoir conjugal, en expliquant même qu’il avait été juge aux affaires familiales et qu’il savait de quoi il parl[ait]! Mais enfin, le devoir conjugal, ça n’existe pas. On n’est plus dans les années 1960!» 

«Les femmes victimes de violence ont déjà beaucoup de mal à déposer plainte, elles se sentent coupable. Ce qu'il s'est passé [le 31 mai] renvoie ma cliente à sa culpabilité, c'est inadmissible», a-t-elle ajouté. 

L'affaire ne risque pas de s'arrêter là. L'avocate de la plaignante a rédigé un courrier au président du tribunal de grande instance de Nanterre, Jacques Boulard. Immédiatement convoqué pour s'expliquer, le juge mis en cause sera de nouveau entendu la semaine prochaine. La présidence des comparutions immédiates pourrait lui être retirée.

Lire aussi : Baiser forcé d'un tennisman à une journaliste : Laura Flessel dénonce une «agression en direct»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales