Accusé par Mélenchon d'être responsable de la mort de Rémi Fraisse, Cazeneuve voit rouge

- Avec AFP

Accusé par Mélenchon d'être responsable de la mort de Rémi Fraisse, Cazeneuve voit rouge© Raymond Roig Source: AFP
Bernard Cazeneuve lors d'un meeting électoral pour les législatives

«Discours de haine», «accusations abjectes», «dérive politique et morale» : Bernard Cazeneuve a haussé le ton et riposté aux attaques ad nominem de Jean-Luc Mélenchon à son encontre. Le torchon brûle entre les deux hommes politiques.

Après que Jean-Luc Mélenchon a rendu Bernard Cazeneuve responsable de la mort du militant écologiste Rémi Fraisse en 2014, l'ancien chef du gouvernement a adressé une réponse virulente au leader de La France insoumise.

«Jean-Luc Mélenchon a sans doute gagné le premier prix de l'outrance à l'occasion du dernier dîner organisé par l'alliance bolivarienne et s'en est trouvé grisé. On ne peut pas lui en vouloir, c'est tellement narcissisant», a ironisé Bernard Cazeneuve le 26 mai dans une déclaration transmise à l'AFP. 

«Je considère que de ne pas avoir appelé clairement à voter pour le candidat républicain contre Marine Le Pen est une faute politique et morale et je le répèterai inlassablement», a-t-il fait savoir, ajoutant même : «Si [Jean-Luc] Mélenchon voulait battre l'extrême-droite c'est contre [Stéphane] Ravier, son candidat, qu'il se présenterait à Marseille et non contre le socialiste [Patrick] Mennucci.»

«Son discours de haine, ses accusations abjectes à mon encontre, montrent que dans sa dérive politique et morale Jean-Luc Mélenchon ne s'interdit plus rien. Sa violence, ses insultes ne m'impressionnent pas. Elles apportent la démonstration de ce qu'il est vraiment», a conclut l'ancien Premier ministre, qui figure parmi les chefs de file de la campagne du Parti socialiste pour les élections législatives.

Des échanges de plus en en plus tendus entre le leader de La France insoumise et l'ancien Premier ministre socialiste

Le 24 mai, Jean-Luc Mélenchon avait violemment pris à partie Bernard Cazeneuve en déclarant : «Ce type ose la ramener avec son costume de bedeau. Oui, le bedeau du capital et de ce gouvernement ! Qui est-ce qui a tué Rémi Fraisse sauf erreur ? C'est pas moi non ? Pourtant, c'est à moi que cet homme ose venir dire, ce génie, que je n'ai pas su prendre mes distances avec le Front national.»

Après avoir critiqué les «anti-fascistes d'opérette» l'ancien candidat à la présidentielle s'était également livré à un véritable réquisitoire en déclarant : «[Bernard] Cazeneuve, t'étais où toi la dernière fois, quand je suis allé à Hénin Beaumont ? T'étais caché sous quelle pierre, dans quel fossé ?»

Pour rappel, Rémi Fraisse était un jeune militant écologiste, tué en 2014 par le jet d'une grenade offensive lancée par un gendarme près du chantier controversé de retenue d'eau à Sivens, dans le Tarn, alors que Bernard Cazeneuve était ministre de l'Intérieur.

Lire aussi : Gauches irréconciliables : Hamon soutient un candidat communiste face à Manuel Valls

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.