Matignon aurait dépensé des dizaines de milliers d'euros en sondages pour mesurer l'image de Valls

Matignon aurait dépensé des dizaines de milliers d'euros en sondages pour mesurer l'image de Valls© Eric Feferberg Source: AFP
Manuel Valls

Pour évaluer l'opinion des Français sur «le caractère, la gestuelle et l'apparence» de Manuel Valls, des sommes importantes auraient été déboursées en sondages par Matignon entre 2014 et 2016. Un «bilan d'image» aurait même coûté 53 520 euros.

L'émission Envoyé spécial, diffusée le 13 avril sur France 2, a révélé que plusieurs dizaines de milliers d'euros auraient été dépensés en sondages par le Service d'information du gouvernement (SIG) entre 2014 et 2016. Le SIG est un service rattaché au chef du gouvernement et chargé d'informer «le Premier ministre sur l’évolution de l’opinion publique et le traitement médiatique de l’action du gouvernement». 

Problème : ces commandes auraient été effectuées, «non pas pour mesurer l'opinion des Français sur l'action du gouvernement, mais sur l'image du Premier ministre [Manuel Valls] lui-même», ont rapporté les enquêteurs d'Envoyé spécial.

Selon les informations recueillies par les équipes de l'émission, en 2016, «près de la moitié des enquêtes commandées par le SIG à des instituts de sondages étaient ainsi consacrées à l'image et à la popularité [du Premier ministre] Manuel Valls plutôt qu'à des sujets de fond». 

«Aigle royal» et «chacal» : un «bilan d'image» de Manuel Valls à 53 520 euros

Au cours du programme télévisé, Envoyé Spécial a révélé s'être procuré un «bilan d'image du Premier ministre», commandé par le SIG pour la bagatelle de 53 520 euros, moins d'un mois après la nomination de Manuel Valls à Matignon, le 31 mars 2014.

Cette enquête, réalisée du 28 avril au 12 mai 2014 par l'institut de sondages Ipsos a fait l'objet d'un «rapport d'étude qualitative» de 111 pages, paru en juin 2014. Ipsos y décryptait «le caractère, la gestuelle et l'apparence du chef du gouvernement», soulignant «l'image d'énergie exceptionnelle» dont Manuel Valls bénéficiait auprès des Français interrogés. 

Pour d'autres sondés, l'ancien Premier ministre souffrait toutefois d'une image d'«énergie mal maîtrisée, incontrôlée, agressive». 

Plus surprenant encore, l'institut de sondages a même demandé aux Français interrogés de comparer Manuel Valls à des animaux. L'ancien locataire de Matignon a pu alors découvrir qu'il était identifié soit à un «lion», un «aigle royal», mais aussi une «hyène» ou un «chacal». 

En accédant à l'Elysée, François Hollande s'était engagé à mettre un terme aux commandes de sondages par les services de la présidence de la République. Une attitude dont Manuel Valls n'a visiblement pas tenu compte. Contacté par Envoyé spécial, l'ancien Premier ministre n'a pas souhaité réagir. 

Pour mémoire, Nicolas Sarkozy avait commandé pour environ 7,5 millions d'euros de sondages durant son quinquennat. Ces dépenses avaient été jugées «exorbitantes» dès 2009 par la Cour des comptes. Une enquête judiciaire, toujours en cours aujourd'hui, avait été ouverte après un dépôt de plainte de l'association Anticor. 

Lire aussi : Face au soutien de Valls à Macron, une militante PS porte plainte pour «abus de confiance»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage