Loups blancs : des skinheads condamnés, leur mentor Serge Ayoub relaxé

- Avec AFP

Loups blancs : des skinheads condamnés, leur mentor Serge Ayoub relaxé © PHILIPPE HUGUEN / AFP Source: AFP
Serge Ayoub, le mentor des Loups blancs

Le tribunal correctionnel d'Amiens a condamné Jérémy Mourain, le chef du clan néonazi des Loups blancs, à neuf ans de prison, mais a relaxé Serge Ayoub, son mentor, du chef de complicité de violences aggravées.

Dix-huit prévenus comparaissaient au procès du groupuscule néonazi White Wolves Klan (WWK), le 30 mars, pour organisation ou participation à un groupe de combat, association de malfaiteurs ou encore violences. Jérémy Mourain, le chef du clan, a été condamné à neuf ans de prison, tandis que Serge Ayoub, son mentor, a été relaxé. 

Déjà en détention provisoire avant le procès, Jérémy Mourain restera en prison. Les autres membres du clan ont écopé de peines allant de six mois avec sursis à cinq ans, et une femme a été relaxée. Un seul mandat de dépôt a été prononcé, à l'encontre du co-fondateur du WWK. Un des 18 prévenus ne s'est jamais présenté à l'audience mais a été condamné à deux mois ferme.

Le jugement s'est avéré légèrement plus clément que les réquisitions du procureur, qui avait demandé dix ans d'emprisonnement pour Jérémy Mourain, mais bien la relaxe pour Serge Ayoub. 

Je suis triste que dans cette société on juge les hommes à l'aube de leur vie, à vingt ans et pour toujours

Dès l'annonce de sa relaxe pour complicité de violences aggravées, Serge Ayoub, figure tutélaire du nationalisme, s'est évaporé de la salle d'audience dans laquelle était déployé un important dispositif policier. «Je suis triste que dans cette société on juge les hommes à l'aube de leur vie, à vingt ans et pour toujours», avait-il déclamé à la barre avant la clôture des débats, scrutant son discours sur sa tablette numérique. Lui qui n'a «jamais été condamné pour racisme, révisionnisme ou négationnisme» a répété qu'il n'était «aucunement mêlé» aux méfaits du WWK.

«Il n'a jamais prôné la violence», avait plaidé Me Nicolas Brazy, son avocat, après que le parquet avait requis la relaxe de son client. Aux yeux du tribunal, les consignes qu'Ayoub auraient données aux membres du clan pour le venger des insultes d'un groupe rival en 2012 «ne peuvent être interprétées comme des instructions de commettre des violences».

Lire aussi : D’anciens combattants nazis défilent à Riga (IMAGES)

Déferlement de violences des «Loups blancs» contre des personnes étrangères et des groupes rivaux

Au bout de quatre jours d'audience, le tribunal a surtout retenu le déferlement de violences du WWK contre des personnes étrangères, des groupes rivaux ou des membres du clan réfractaires, soit 35 infractions commises entre 2012 et 2014. «Ces groupes nazis paramilitaires armés n'ont pas leur place dans notre République», avait tonné Wilfrid Gacquer, le procureur.

Dans le clan régnaient «l'obéissance démesurée», «la soumission servile» et «la violence exacerbée intérieure et extérieure», nourries d'un terreau raciste, même si les références au nazisme n'étaient qu'un «vernis idéologique», selon le gendarme chargé de l'enquête.

Créé début 2013 à Ham (Somme), le WWK est né sur les cendres de Troisième voie, autre groupuscule qui avait à sa tête Serge Ayoub, ancien chef des skinheads d'extrême droite parisiens et des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), et mentor de Mourain. Cette organisation avait été dissoute en juillet 2013 par décret du gouvernement après la mort du militant d'extrême gauche Clément Méric en juin 2013 à Paris, suite à une rixe dans laquelle étaient impliqués certains de ses membres.

Lire aussi : Violente manifestation contre une conférence de l’extrême droite à Gênes (PHOTOS, VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage