Mise au jour d'un système d'emplois fictifs au groupe UMP du Sénat

Mise au jour d'un système d'emplois fictifs au groupe UMP du Sénat Source: AFP
Gérard Larcher, président du Sénat, aurait été mis en cause dans une affaire d'emplois fictifs

De 2002 à 2014, une comptabilité occulte organisée par le groupe UMP au Sénat aurait permis à une dizaine de parlementaires d'utiliser l'argent dévolu à la rémunération de leurs assistants... pour se rétribuer eux-mêmes. Une enquête est en cours.

Ce dimanche 12 mars, le JDD révèle les dessous d'une nouvelle affaire d'emplois fictifs à droite. Entre 2002 et 2014, le groupe parlementaire de l'UMP au Sénat (devenu Les Républicains en 2015) aurait mis en place un montage permettant à plusieurs sénateurs de détourner l'argent mis à leur disposition par l'institution et normalement destiné à rémunérer leurs assistants parlementaires. Selon le quotidien, un ancien membre du Sénat aurait «reconnu avoir distribué des espèces à des élus».

Le juge René Cross a été saisi en 2016 pour des soupçons concernant plusieurs transferts d'argent entre le groupe UMP et une association, l'Union des républicains au Sénat (URS). Si le groupe UMP était supposé distribuer les enveloppes de rémunération aux différents parlementaires de droite, il semblerait qu'il les ait en réalité versées à cette association... avant que le parti ne les reverse à son tour aux parlementaires.

Une perquisition au Sénat aurait bel et bien permis de confirmer l'existence d'une comptabilité occulte, affirme le JDD. Elle aurait été tenue par l'ancienne collaboratrice du questeur Roger Romani, puis de Josselin de Rohan, le chef du groupe UMP.

Après la mise en examen du sénateur Henri de Raincourt en décembre 2016, René Cross aurait mis en cause Gérard Larcher, président du Sénat, lors d'une audition organisée le 10 mars dernier. Ce dernier dit n'être «pas au courant» de l'affaire. Un autre nom aurait également été cité dans l'enquête : celui de Bruno Retailleau, directeur de campagne de François Fillon.

Lire aussi : Après Hervé Mariton, Julien Dray plaide pour une augmentation du salaire des députés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»