Explosion à la centrale nucléaire de Flamanville, cinq personnes légèrement intoxiquées

Explosion à la centrale nucléaire de Flamanville, cinq personnes légèrement intoxiquées © Benoit Tessier Source: Reuters
Une explosion a secoué la centrale nucléaire de Flamanville le 9 février
Suivez RT France surTelegram

Le plan particulier d'intervention n'a pas été déclenché, la Préfecture ayant écarté le risque nucléaire. L'explosion a eu lieu au cœur de la centrale mais hors zone nucléaire et a causé l'intoxication de cinq personnes selon la Préfecture.

Une explosion s'est produite dans la salle des machines de la centrale nucléaire de Flamanville, le 9 février vers 10h, à la suite laquelle un incendie s'est déclaré selon les pompiers. 

La plan particulier d'intervention n'a pas été déclenché, la Préfecture ayant écarté le risque nucléaire. Elle fait par ailleurs état de cinq personnes légèrement intoxiquées, mais pas de blessé grave.

«C'est un événement technique significatif mais il ne s'agit pas un accident nucléaire» car l'explosion s'est produite «hors zone nucléaire», a déclaré à l'AFP Olivier Marmion, directeur de cabinet du préfet, précisant que les secours étaient sur place. La production d'un des deux réacteurs de la centrale a été arrêtée en conséquence, selon la préfecture, qui a précisé vers 12h30 que l'incendie avait été maîtrisé.

Contactée par l'agence de presse RIA Novosti, un représentant de la préfecture a indiqué que les raisons de l'incident étaient en train d'être établies, mais que «la version principale pour l'instant [était] un court-circuit».

La centrale de Flamanville compte deux réacteurs habituellement en fonctionnement et un troisième, de type EPR, en cours de construction. L'Autorité de sûreté nucléaire a a épinglé le constructeur Areva à de nombreuses reprises après avoir révélé des centaines de failles de sécurité sur ce troisième réacteur. Alors qu'il devait être terminé en 2012, il n'est toujours pas opérationnel et son coût a explosé en quelques années, passant de 3,2 milliards à 9 milliards d'euros.

La sûreté des réacteurs nucléaires pose question d'une manière générale selon Greenpeace. L'ONG a publié en septembre dernier un rapport selon lequel 32 réacteurs nucléaires français sur les 58 actuellement en activité en France ne résisteraient pas à une surchauffe à cause de pièces défectueuses.

Lire aussi : Plus d’un réacteur nucléaire français sur deux serait défectueux, selon un rapport de Greenpeace

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix