Plus d’un réacteur nucléaire français sur deux serait défectueux, selon un rapport de Greenpeace

Plus d’un réacteur nucléaire français sur deux serait défectueux, selon un rapport de Greenpeace© Romeo Ranoco Source: Reuters

32 réacteurs nucléaires français sur les 58 actuellement en activité en France ne résisteraient pas à une surchauffe à cause de pièces défectueuses, affirme un rapport de l’ONG de protection de l'environnement consulté en exclusivité par L'Obs.

«Ce sont autant de Fukushima possibles», assure l’expert britannique John Large, qui a été chargé par l’organisation Greenpeace d’enquêter sur la sécurité nucléaire en France. En effet, d'après son rapport, qui doit être publié le 29 septembre selon la version en ligne de l'hebdomadaire français L’Obs, au moins 55% des réacteurs nucléaires de l’Hexagone (32 sur 58) comporteraient des pièces défectueuses.

L'auteur du rapport a ainsi décompté 107 pièces présentant un défaut présumé, en se basant sur les données fournies par l’organisme gouvernemental français l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Défaut de fabrication ?

Les pièces défectueuses présenteraient une «anomalie de la teneur en carbone» : elles contiendraient une quantité de carbone trop importante après avoir été fondues, selon l'ONG.

Je n’ai jamais vu de problèmes aussi graves à une échelle nationale

Or, ce trop-plein de carbone pourrait fragiliser l'acier, le rendant cassant, et augmentant ainsi considérablement le risque de fissures ou de déchirures des réacteurs en cas de «choc thermique», c’est-à-dire lorsque de l’eau glacée est envoyée sur le réacteur pour le refroidir en cas de surchauffe.

Commandées par la multinationale française de l’énergie Areva et fondues par sa filiale Creusot Forge, les pièces défectueuses ne seraient pas réservées aux anciens réacteurs mais également à ceux de fabrication plus récente, assure Greenpeace.

«Je n’ai jamais vu de problème aussi grave à une échelle nationale», écrit John Large, qualifiant le résultat de son enquête de «pas seulement inquiétant, mais franchement préoccupant».

Pour l'heure, Areva n'a pas réagi.

Lire aussi : Wikileaks accuse le groupe français Areva de graves négligences en Centrafrique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»