«Allo, Donald, c’est François ! Qui ça ?»: quand on se moque de la conversation d’Hollande et Trump

«Allo, Donald, c’est François ! Qui ça ?»: quand on se moque de la conversation d’Hollande et Trump© Chriistophe Petit Tesson Source: Reuters

Après la publication par l'Elysée du communiqué relatant le contenu de la première conversation téléphonique entre les présidents français et américain, Twitter a été inondé de messages amusants qui épinglent le comportement de François Hollande.

Le 28 janvier, François Hollande et Donald Trump se sont entretenus pour la première fois par téléphone. D’après le communiqué diffusé par la présidence française, ils ont abordé plusieurs sujets importants, tels que la lutte contre le terrorisme, les interventions en Irak et en Syrie, ainsi que la crise migratoire. Des sujets d'actualité pour cette première conversation entre les deux présidents. Mais ce qui a suscité des réactions sur Twitter, c'est le rappel adressé au président américain par son homologue français de la nécessité de respecter «le principe de l’accueil des réfugiés».

Lire aussi : Hollande met en garde Trump contre «le repli sur soi», plaide pour «l'accueil des réfugiés»

Les internautes se sont moqués du président de la République en comparant son comportement à celui d'un chiot qui se retrouve soudain devant un chien adulte.

Les uns laissent entendre que Donald Trump n’a jamais entendu parler de François Hollande.

D'autres ont fait remarquer que François Hollande osait donner des conseils à Donald Trump mais qu'il n’avait pas eu le courage de voter à la primaire de la gauche.

Le 25 janvier, Donald Trump a signé un décret prévoyant une suspension, durant 120 jours, de tous les programmes d’admission de réfugiés et une interdiction d’entrée de 90 jours pour tous les immigrants provenant de pays où sévit le terrorisme : Syrie, Irak, Yémen, Iran, Libye, Somalie et Soudan, conformément à sa promesse de campagne.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales