Béziers : Najat Vallaud-Belkacem accuse Robert Ménard de «falsifier» l'histoire, il quitte la pièce

Béziers : Najat Vallaud-Belkacem accuse Robert Ménard de «falsifier» l'histoire, il quitte la pièce© Sylvain Thomas Source: AFP
Le maire de Béziers Robert Ménard et la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem ont eu un petit accrochage

Au cours d'une visite dans le lycée Jean-Moulin à Béziers, la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem a laissé entendre que le maire Robert Ménard «falsifiait» l'histoire à des fins idéologiques, une accusation qui n'a pas plu à ce dernier.

L’histoire ne doit être ni «falsifiée par telle ou telle idéologie», ni «instrumentalisée», ni même «romancée», a lancé la ministre de l'Education nationale à l’occasion de la visite du lycée Jean-Moulin, à Béziers. Une petite pique qui n’a pas échappé à Robert Ménard, également présent, qui a quitté la pièce.

Le maire de la ville de l’Hérault avait en effet fait l’objet d’une lettre ouverte début 2016, dans laquelle une quinzaine d’enseignants lui demandaient de cesser de «torturer la mémoire» de Jean Moulin, figure de la résistance née à Béziers.

Assurant qu'elle ignorait que le maire serait présent lors de sa visite, Najat Vallaud-Belkacem n'avait pas caché qu'elle se rendait à Béziers pour «soutenir des enseignants très mal à l'aise devant les phrases de leur édile».

L’incident a donné lieu à une série de tweets de la part du maire de Béziers. Dans l'un, il insiste : «Oui Najat Vallaud-Belkacem, Béziers est une ville de résistance, hier ou aujourd'hui !»

Dans un autre message, il présente un extrait de son livre, dans lequel il dresse un portrait peu flatteur de la ministre de l'Education nationale.

Habitué des polémiques, Robert Ménard ne ménage pas ses critiques contre la politique menée par le gouvernement de François Hollande. Récemment, il a fait l'actualité pour avoir détourné des affiches de prévention contre le sida, mettant en scène un couple hétérosexuel là où les affiches officielles montraient un couple homosexuel.

Quant aux propos de Najat Vallaud-Belkacem, ils ne sont pas sans rappeler ceux de François Fillon, qui avait lui même accusé le gouvernement français d'introduire un biais politique dans les manuels d'Histoire.

Lors du débat de l'entre-deux tours de la primaire de la droite et du centre, qu'il allait bientôt remporter face à Alain Juppé, François Fillon avait déclaré : «Les programmes d’histoire aujourd’hui, pour une grande partie d’entre eux, sont rédigés par des idéologues qui veulent justement imposer leur vision de la société [...] Ce qui ne me plaît pas c’est qu’on choisit les dates, les périodes, les hommes qui correspondent à l’idéologie qu’on défend.»

Lire aussi : Second débat de la primaire : Fillon et Juppé, en désaccord, se frittent sans se piquer

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales