L'Assemblée nationale débat d'une proposition visant à lever les sanctions contre la Russie

Source: Reuters

Une résolution proposée par plusieurs députés, dont Thierry Mariani, et invitant le gouvernement à ne pas renouveler les sanctions, imposées par l’UE à la Russie et nuisibles à l’économie française, sera discutée le 28 avril à l'Assemblée nationale.

Quatre-vingt-six députés français, dont Thierry Mariani et Nicolas Dupont-Aignan, sont à l'origine d'une proposition de résolution demandant la levée des sanctions contre la Russie.

«Indépendamment des événements dramatiques survenus en Ukraine, ces sanctions - contraires aux intérêts fondamentaux des relations franco-russes - décidées par l’Union européenne, et fortement encouragées par les Etats-Unis, n’ont d’effet que de détériorer les relations économiques qui lient la France et la Russie. Force est de constater que ces sanctions sont aujourd’hui totalement inefficaces pour résoudre la crise internationale, et dangereuses pour les intérêts de la France», ont-il pu déclarer pour justifier leur proposition.

Thierry Mariani, l’un des initiateurs de cette proposition, a ouvert le débat à l’Assemblée nationale en insistant sur le fait que «si nous ne prenons pas l’initiative de demander la levée des sanctions, on peut être assuré qu’elles vont durer encore deux ans». Le député français a ajouté que, avec cette resolution, «nous avons la possibilité de dire à nos agriculteurs, que nous ne sommes pas d’accord avec ces sanctions, qui ne servent à rien».

Des sanctions nuisibles aux relations économiques franco-russes

Environ 1 200 entreprises françaises sont présentes en Russie, et entre 6 000 et 7 000 entreprises françaises exportent en Russie. Depuis la mise en place des sanctions contre Moscou, les relations économiques entre la France et la Russie se sont considérablement dégradées.

«Le partenariat bilatéral entre la France et la Russie, qui s’était considérablement développé au cours des dernières années souffre des sanctions européennes et des contre-mesures logiques de la Russie», peut-on lire dans la proposition, qui, par ailleurs, explique que les relations franco-russes ont diminué de 40%, notamment en consequence de la non-livraison des Mistral. Il est à noter que la perte liée à l’annulation de la vente des Mistral s’élève à près d’1,2 milliard d’euros.

En outre, la proposition souligne que les entreprises françaises cherchant à se développer en Russie, «par crainte de rétorsions américaines» ne veulent plus prendre de risque en commerçant avec la Russie : «Elles sont doublement pénalisées : par les sanctions et par un excès de prudence pour éviter des amendes que les Etats-Unis leurs appliqueraient.»

Les secteurs de l’économie françaises les plus touchés par les sanctions ?

Le domaine agricole est le plus touché par les sanctions imposées par l’UE contre la Russie. En réponse aux sanctions, l’embargo décrété par Moscou sur les produits alimentaires a eu d’importantes retombées, notamment sur la filière porcine française, qui a accusé «une perte sèche de 40 millions d’euros par an».

Le domaine industriel souffre également des retombées négatives des sanctions contre la Russie.  Ainsi, la proposition explique que «la présence française dans de grands projets d’infrastructures russes, notamment en matière de transport (projet de ligne TGV Moscou-Kazan)» a été nettement compromise.

Les députés mettent en garde contre le risque que, sur le long terme, les sanctions contre la Russie pourraient pousser Moscou à «réorienter ses échanges» vers d’autres pays, conduisant de ce fait l’Union européenne et les pays la composant à «se retrouver eux-mêmes victimes des sanctions adoptées contre la Russie».

Les sanctions, de moins en moins soutenues au sein de la classe politique française

Le président de la République, François Hollande, lui-même, avait annoncé en février 2016, un changement de situation au niveau européen au sujet des sanctions contre la Russie. Le Premier ministre Manuel Valls avait rencontré son homologue russe Dmitri Medvedev pour évoquer «la levée progressive de l’embargo sur la viande porcine».

Lors de sa visite au Salon de l’agriculture, le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, répondant à une question d’un journaliste de RT France sur l’embargo russe, avait déclaré «faire le maximum pour que celui-ci soit levé».

L’ancien Premier ministre, François Fillon, qualifie lui les sanctions imposées par Bruxelles contre la Russie de «geste fou». «Les sanctions n’ont eu aucun impact sur la politique internationale de la Russie, elles ont seulement aggravé les relations avec elle», avait déploré l’ancien Premier ministre avant d’ajouter qu’il était «grand temps que le président français François Hollande tape du poing sur la table et fasse pression pour que les sanctions soient levées».

Des sanctions «dénuées de sens» dans le combat contre Daesh

Les députés qui ont rédigé la proposition de levée des sanctions contre la Russie expliquent que «compte tenu du contexte géopolitique, et de l’impérieuse nécessité de lutter contre l’Etat islamique aux côtés de la Russie, un maintien des rétorsions économiques […] est dénué de sens». Les députés soulignent l’absence de logique de la politique de Bruxelles : «On ne peut pas demander à la Russie d’être un partenaire dans le combat contre Daesh et en même temps réclamer des sanctions à [son] encontre».

Le député Thierry Mariani, lors d'une visite à Moscou et en réponse à une question d'un de nos journalistes sur les sanctions avait souligné l’inertie des ministres français.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales