Charlie Hebdo épinglé pour un édito évoquant les attentats comme la «partie visible de l'iceberg»

Charlie Hebdo épinglé pour un édito évoquant les attentats comme la «partie visible de l'iceberg» Source: Reuters

Le magazine satirique s'attire une énième fois les foudres de l'opinion pour avoir affirmé que les attentats de Bruxelles n'étaient que la partie visible de l'iceberg. Il est notamment accusé de faire l'amalgame entre musulmans et terroristes.

Alors que la couverture du dernier Charlie Hebdo sur les attentats de Bruxelles a fait polémique en France et en Belgique, - sur le dessin de Une, le chanteur belge Stromae reprend son fameux refrain «papa où t’es» et des morceaux de corps lui répondent «ici, ici, et là aussi» - c'est le dernier éditorial de Riss consacré à «la peur de contredire, la peur de polémiquer, la peur de se faire traiter d'islamophobe et même de raciste», qui cette fois ne passe pas. 

«Les attentats sont la partie émergée d’un gros iceberg», explique Riss. «Ils sont la dernière phase d’un processus. On nous colle le nez sur les gravats de l’aéroport de Bruxelles, et pendant ce temps-là, personne ne regarde ce que raconte Tariq Ramadan, qui était la semaine dernière à l’institut de Science Po de Saint-Germain-en-Laye. Tariq Ramadan qui vient défendre l’Islam, mais qui vient surtout dissuader toute critique à l’égard de l’islam… rien de grave, Tariq Ramadan ne prendra jamais une Kalachnikov, d’autres le feront à la place. Comme cette femme voilée qu’on ne saurait montrer du doigt sans craindre l’esclandre, comme ce boulanger à la longue barbe qui a remplacé le jambon beurre par des sandwichs au thon… Aucun de ceux-là ne mettra une bombe», répète Riss.

«Et pourtant ce qui va arriver à Bruxelles ne pourrait avoir lieu sans le concours de tous. Car tous inspirent la crainte et la peur. Le peur de contredire et de polémiquer», ajoute-t-il. La première mission des coupables, conclut Riss, «est de culpabiliser les innocents, d’inverser les culpabilités. Depuis la boulangerie qui vous interdit de manger ce que vous aimez à cette femme que vous préféreriez sans voile, le terrorisme commence là son travail de sape».

L'écrivain nigérian-américain Teju Cole (qui avait déjà boycotté une remise de prix à l'hebdomadaire) juge qu'avec ce texte, Charlie Hebdo «s'éloigne finalement du masque du "c'est de la satire et vous ne la comprenez pas", pour affirmer clairement que tous les musulmans, peu importe leur degré d'intégration, sont l'ennemi».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»