Deux à cinq ans de prison requis contre quatre jeunes Français qui ont voulu se rendre en Syrie

- Avec AFP

© Wikipédia commons

Le ministère public a requis des peines de 2 à 5 années d'emprisonnement à l'encontre de 4 jeunes Français jugés à Paris pour avoir tenté de partir faire le djihad en Syrie en janvier 2015, quelques jours après les attaques contre Charlie Hebdo.

Le procureur Guillaume Michelin a demandé cinq ans ferme contre les trois hommes du groupe, Bilal Thagi, 24 ans, Mansour Ly, 22 ans et Fayçal Aït Messoud, 19 ans, dénonçant leur «duplicité» et leur «dangerosité intacte», et deux ans ferme contre Sihem Laidouni, «parfaite complice» dans cette entreprise «mortifère». 

A l'encontre de la jeune femme, qui comparaît libre sous contrôle judiciaire, il a demandé un mandat de dépôt à l'audience. Et contre son ex-conjoint et père de son bébé, Bilal Taghi, il a aussi requis la révocation du sursis d'une précédente condamnation à huit mois.

«Ce dossier est la toute première illustration de ce que les attentats ont la capacité de nourrir et de décupler les velléités de départ pour le djihad», a-t-il lancé, dénonçant des «ambitions de nature mortifère» et dénonçant chez les prévenus une «habileté à mentir et à la dissimulation qui sont très inquiétantes pour l'avenir».

Sans cet accident de voiture le 20 janvier en Turquie, qui a mis un coup d'arrêt au périple des jeunes Français, arrêtés puis expulsés en France, «ils seraient aujourd'hui à Raqqa», a asséné le procureur.

Lire aussi : Pascal Le Pautremat : «Il faut maintenant penser à la dimension terrestre du conflit syrien»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales