Procès Femen : pour le tribunal, Fuck Church n'est pas une attaque directe contre les catholiques

- Avec AFP

Procès Femen : pour le tribunal, Fuck Church n'est pas une attaque directe contre les catholiques Source: Reuters
Suivez RT France surTelegram

Une association de catholiques traditionalistes a perdu mardi le procès pour injure qu'elle avait fait à six Femen, qui en 2012 avaient fait irruption dans une manifestation de catholiques opposés au mariage homosexuel.

En plein débat sur la loi sur le mariage homosexuel, le 18 novembre 2012, neuf militantes (six sont poursuivies) du groupe féministe, seins nus comme à chacune de leurs actions, un voile sur la tête, comme des nonnes, s'étaient invitées dans le cortège. L'Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l'identité française et chrétienne (Agrif) avait ensuite intenté une action en justice.

Sur les corps des Femen figuraient des inscriptions telles que «In gay we trust» («Nous croyons en l'homosexualité», parodie de la devise américaine «In God we trust», «Nous croyons en Dieu»), «occupe-toi de ton cul», «fuck church», ou «Saint-Esprit étroit».

Avec des petits extincteurs domestiques, les Femen mimaient une semence métaphorique du Christ. Sur les extincteurs, on pouvait ainsi lire «holy sperm» ou «Jesus sperm» (saint sperme ou sperme de Jésus). Il s'agissait, selon les Femen, «d'éteindre le brasier de l'intolérance».

Le tribunal correctionnel de Paris, qui a relaxé les six jeunes femmes, a jugé que la plupart des leurs propos n'étaient pas injurieux.

Concernant «fuck church», les juges ont estimé que cela ne pouvait «en aucun cas être perçu comme une attaque directe et personnelle dirigée contre les catholiques».

Lors de l'audience, les Femen avaient expliqué qu'elles voulaient s'en prendre à des «extrémistes, des intégristes, dans une action parodique et humoristique».

L'un des avocats de la défense, Maitre Michaël Ghnassia, s'est réjoui que le tribunal reconnaisse la liberté d'expression des Femen, qui selon lui sont souvent poursuivies par des associations «proches de l'extrême droite, qui essaient d'instrumentaliser la justice en faisant revenir le délit de blasphème».

Partie adverse, Maitre Jérôme Triomphe a déclaré que l'Agrif allait certainement faire appel.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix