La Une spéciale hommage aux victimes de janvier de Charlie Hebdo choque les représentants religieux

- Avec AFP

© reuters Source: Reuters

Ce numéro spécial qui sortira le 6 janvier en hommage aux victimes des attaques met en scène un Dieu barbu dans un vêtement taché de sang avec une kalachnikov. Le dessin signé Riss est titré «Un an après, l’assassin court toujours».

La Une de journal satirique n’a clairement pas plu aux représentants des religions. Riss, le directeur de la rédaction, signe un édito dans lequel il pointe du doigt «les fanatiques abrutis par le Coran […] les culs-bénits venus d’autres religions». Il poursuit «en 2006, quand Charlie publia les caricatures de Mahomet, personne ne pensait sérieusement qu'un jour tout ça finirait dans la violence». Il finit par conclure : «c’est l’éternité qui nous est tombée dessus ce mercredi 7 janvier. Ce ne sont pas deux petits cons encagoulés qui vont foutre en l’air le travail de nos vies. Ce n’est pas eux qui verront crever Charlie. C’est Charlie qui les verra crever».

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Abdallah Zekri, président de l'Observatoire des actes islamophobes du Conseil français du culte musulman, a déclaré ce lundi sur BFMTV: «La religion n’a jamais tué des journalistes ce sont des terroristes qui ont tué des journalistes donc je pense que c’est un manque d’intelligence». Il a ensuite précisé qu’il ne fera donc rien pour commémorer les attentats de janvier alors qu’initialement un hommage était prévu.  

L’Abbé Amar, prêtre du diocèse de Versailles et curé de Limay-Vexin, interrogé lui aussi sur BFMTV explique que «parmi ces morts il y a eu des croyants qui ont été enterré dans nos églises et les familles des victimes vont être insultées quand ils vont voir cette caricature. Je ne comprends pas je suis abasourdi».

Ce numéro doit être tiré à environ 1 million d'exemplaires, dont des dizaines de milliers d'exemplaires expédiés à l'étranger. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales