Polémique Super U : «Quand on voit de qui viennent les attaques, il n'y a vraiment rien à répondre»

Serge Papin, PDG des magasins U. © Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Serge Papin, PDG des magasins U.

Le groupe Super U a refusé de réagir aux attaques de Philippe de Villiers et de la Manif pour tous concernant sa campagne pour les jouets unisexes.

«Nous refusons d'entrer dans un débat que nous considérons stérile. Nous avons fait une vidéo, tant mieux si elle plait à certains, tant pis si elle ne plait pas à d'autres» a réagit Thierry Desouches, porte-parole de Super U contacté par RT, refusant d'en dire plus. 

Le groupe et notamment son président, n'a pas souhaité réagir à la polémique concernant sa campagne vidéo faisant la promotion de jouets unisexes, qui avait provoqué la colère de Philippe de Villiers et de la Manif pour tous. 

Ce dernier avait qualifié Serge Papin de «commerçant», l'accusant de «s’engager contre les stéréotypes, contre l’idée qu’il y a des filles et des garçons», et appelant même au «boycott» des magasins Super U. 

Dans son message, la publicité affichait sa volonté de lutter contre les stéréotypes, dénonçant le conditionnement dès l'enfance : par exemple, le fait que le rose soit automatiquement attribué aux filles et le bleu aux garçons.

Des principes arbitraires, qui risquent ensuite selon la marque de favoriser l'ancrage de comportements discriminants : les hommes au travail, les femmes aux fourneaux par exemple. 

La chaine se targuait ainsi de faire un «catalogue de Noel sans préjugés», dans lequel il n'y aurait pas de «jouets pour filles ou pour garçons mais tout simplement des jouets». 

Face à la polémique et aux menaces de boycott, Thierry Desouches s'est dit «confiant» sur le fait que cela n'affectera en rien les ventes des magasins U : «Nous ne sommes vraiment pas inquiets» s'amuse -t-il, ajoutant que la polémique est selon lui «inqualifiable». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales