Le tag de Banksy représentant Steve Jobs dans la jungle de Calais, sera protégé par les autorités

Le patron d'Apple orne désormais les murs de la "Jungle" de Calais, grâce à l'artiste britannique Banksy© banksy.co.uk
Le patron d'Apple orne désormais les murs de la "Jungle" de Calais, grâce à l'artiste britannique Banksy

Une porte-parole a annoncé que la ville, qui abrite un important camp de réfugiés, prendrait les mesures nécessaires pour préserver et conserver l’œuvre de l’artiste de rue, qui représente un fils d’immigré syrien : Steve Jobs.

Les autorités locales envisagent d’installer une glace protectrice, ou des panneaux transparents en plastique afin de protéger le graffiti, représentant le patron d'Apple en taille réelle, réalisé par le célèbre (mais anonyme) artiste britannique Banksy. «Nous avons découvert la présence de cette œuvre vendredi [le 11 décembre] et avons décidé de la protéger, pour qu’elle ne soit pas endommagée», a expliqué une porte-parole de la ville de Calais.

Deux autres peintures de Banksy, ornant les murs de Calais, seront également préservées par la ville. L’une, qui se trouve près de la plage de la ville, montre un enfant regardant vers la Grande-Bretagne à travers un télescope, sur lequel un vautour est perché.

L’autre, découverte près de l’office de l’immigration, consiste en une version en noir et blanc du «Radeau de la Méduse», célèbre tableau du peintre français Théodore Gericault. Dans sa version taguée, on voit des survivants sur un radeau qui tentent d’attirer l’attention d’un yacht à l’horizon.

Lire aussi : «Dismaland», le parc d'attractions glauque de Banksy ouvre ses portes

Peu après la création du graffiti représentant Steve Jobs, Banksy avait effectué une déclaration publique en expliquant le sens de sa démarche : «Nous sommes souvent amenés à croire que l’immigration va pomper les ressources d’un pays, mais Steve Jobs était le fils d’un immigré syrien. Apple est la compagnie la plus rentable au monde, elle paye plus de 7 milliard de dollars par an d’impôts – et elle existe seulement parce qu’ils ont laissé rentrer un jeune homme de Homs».

Depuis le début de la crise migratoire qui touche l'Europe, près de 6 000 réfugiés tentant de rejoindre la Grande-Bretagne se sont établi dans un énorme camp, souvent surnommé la «jungle» de Calais. 

En savoir plus : Calais : nouvelle nuit de violences entre policiers et migrants

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales