Quand une sénatrice écologiste se fait avoir par un article du Gorafi

La sénatrice écologiste s'est fait piéger par un article farfelu© Charles Platiau Source: Reuters
La sénatrice écologiste s'est fait piéger par un article farfelu

«Marion Maréchal Le Pen : Je n’ai rien contre l’avortement s’il concerne des musulmans». Ce titre humoristique du journal parodique Le Gorafi a provoqué l’indignation de la sénatrice des Verts Esther Benbassa… Qui s’est fait avoir comme une bleue.

Sur Twitter, celle-ci est immédiatement montée au créneau pour dénoncer virulemment les soi-disant propos de Le Pen, dans un message qu’elle a ensuite supprimé. «Du racisme primaire inadmissible et de la pensée puérile indigne» s’est ainsi indigné la sénatrice Europe Ecologie Les Verts du Val-de-Marne, qui n’avait visiblement pas saisi la subtilité (ou pas) de l’article parodique.

Le tweet d'Esther Benbassa risque de faire parler de lui© Capture d'écran
Le tweet d'Esther Benbassa risque de faire parler de lui

Bonne joueuse, Esther Benbassa a ensuite reconnu publiquement, sur Twitter, qu’elle s’était fait piéger par l’article satirique du Gorafi, assurant qu’on ne l’y «reprendra plus».

La mésaventure de la sénatrice écologiste n’est pas sans rappeler la bourde d’une autre femme politique française… En 2014, Christine Boutin, ancienne présidente du Parti chrétien-démocrate, avait cité, alors qu’elle était interviewée sur la chaîne française BFMTV, un article du même Gorafi, sans se douter un instant qu’il s’agissait d’un faux. En plein débat sur la loi sur la famille, celle-ci avait soutenu que le gouvernement français, qui refusait de parler de «recul» préfèrait utiliser l'expression (totalement incompréhensible) de «stratégie provisoire d’avancement à potentialité différée».

Malheureusement pour Christine Boutin, le terme sortait directement de l'imagination des journalistes farfelus du Gorafi, qui a fait une nouvelle victime ce jeudi.

Lire aussi : LCI rebaptise un candidat aux régionales «M. Machin-Chose»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales