COP21 : Face aux menaces, l'Etat se prépare à l'utilisation d'antidotes aux gaz neurotoxiques

Un membre des services d'urgences porte un masque à gaz lors d'un exercice au Canada © Mark Blinch
Un membre des services d'urgences porte un masque à gaz lors d'un exercice au Canada

Dans la perspective de l’organisation de la COP21 et du risque d’attentats terroristes, un arrêté pris le 14 novembre paru au Journal Officiel autorise l’utilisation de sulfate d’atropine, antidote aux gaz neurotoxiques, dont le gaz sarin fait partie

L’arrêté, publié le 15 novembre dernier, soit trois jours après les attentats qui ont endeuillé la France, indique que «l’accueil sur le territoire français d’un sommet de chefs d’Etat préparatoire à la COP21 le 29 novembre 2015», ainsi que «l’accueil de la COP 21 du 30 novembre au 11 décembre» induisent un «risque d’attentats terroristes», ainsi qu’un «risque d’exposition aux neurotoxiques organophosphorés» constituant des «menaces sanitaires graves» appelant à des «mesures d’urgence».

Lire aussi : EN CONTINU : François Hollande va s'exprimer devant le Congrès réuni à Versailles

Selon l’arrêté, malgré l’existence d’autres médicaments, seul le sulfate d’atropine est «adapté à la prise en charge d’urgence» dans le cas d’exposition à des «neurotoxiques de guerre» et autres gaz organophosphorés. Ainsi, «pour prévenir les atteintes graves à la santé, en cas d'exposition d'un nombre potentiellement important de victimes», et étant donné que «les contraintes de fabrication et d'étiquetage ne permettent pas sa mise à disposition dans des délais compatibles avec l'organisation de la COP 21», c’est le service de santé des armées qui supervisera, à titre dérogatoire, la distribution ainsi que la mise en place du protocole auprès des services d'aide médicale d'urgence.

Lire aussi : Le groupe anti-système violent «Black blocs» menace les négociations sur le climat à Paris


Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales