Des professionnels pointent du doigt Macron pour le «naufrage» de la pédiatrie

- Avec AFP

Des professionnels pointent du doigt Macron pour le «naufrage» de la pédiatrie© Philippe LOPEZ / AFP
Les urgences pédiatriques du CHU de Boredeaux (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Un collectif de soignants a publié un communiqué reprochant au président d'être dans «un déni complet du naufrage de la pédiatrie» alors que le secteur est confronté à une crise de personnel dans un contexte d'épidémie de bronchiolite.

«Au printemps, restera-t-il quelqu'un pour soigner les enfants ?» : les organisations de médecins et associations de patients réunies au sein du Collectif de pédiatrie ont de nouveau protesté le 12 décembre contre l'absence de réponse du président Emmanuel Macron au «naufrage» du secteur.

Le 30 novembre, quelque 10 000 soignants s'étonnaient dans une tribune du «silence assourdissant» du chef de l'Etat face à la crise du système de santé de l'enfant, sur fond d'épidémie précoce et virulente de bronchiolite. Ils lui demandaient de s'engager sur cinq mesures pour arrêter la «fuite» des professionnels de santé, notamment sur le «respect des temps de repos et des temps de formation» des soignants et une «meilleure indemnisation» de leur travail de nuit et de week-end.

L'«intolérable absence de réponse du président de la République»

Près de deux semaines plus tard, le Collectif de pédiatrie dénonce dans un communiqué «l'intolérable absence de réponse du président de la République à cette lettre collective, ce que nous recevons comme un déni complet du naufrage de la pédiatrie, une maltraitance des enfants et un abandon des soignants».

En outre, la majoration de l'indemnité des heures de nuit et des gardes ainsi que la généralisation de la prime de soins critiques annoncées par le ministre de la Santé, François Braun, n'ont pas encore été «mises en œuvre», critique le collectif. De même, «aucun détail» n'a été fourni sur la répartition des enveloppes de 150 puis 400 millions d'euros fléchées vers les services hospitaliers, notamment pédiatriques, regrette le texte.

«L'absence de concrétisation de ces mesures creuse le sentiment d'abandon et conduit à une rupture de confiance», prévient le collectif. S'ils soulignent «l'importance» des assises de la pédiatrie et de la santé de l'enfant annoncées pour le printemps, les soignants regrettent de ne pas connaître la date précise de leur tenue. Le comité d'orientation chargé de préparer ces assises a été installé la semaine dernière.

Quoi qu'il en soit, «l'action ne peut plus attendre. Nous répétons que des mesures et engagements doivent être pris en urgence afin de sauvegarder ce qui peut encore l'être», écrit le collectif.

La bronchiolite génère depuis début octobre «un nombre important d'admissions de nourrissons et jeunes enfants à l'hôpital, mettant en forte tension» le système de santé, avait souligné François Braun le 9 décembre dernier. Les réanimations pédiatriques sont «occupées à quasi pleine capacité», ce qui a nécessité 72 transferts de tout-petits entre régions, a-t-il précisé.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix