«Déferlement de violence» : affrontements entre supporters avant le match Nice-Cologne (VIDEOS)

«Déferlement de violence» : affrontements entre supporters avant le match Nice-Cologne (VIDEOS)© Nicolas Tucat Source: AFP
Les affrontements à l'intérieur du stade Allianz Riviera de Nice ont été particulièrement violents.
Suivez RT France surTelegram

Avant le coup d'envoi de la rencontre Nice-Cologne, des heurts sont survenus entre supporters à l'intérieur du stade. Une trentaine de personnes ont été blessées, dont une grièvement, tandis que la présence d'«ultras» du PSG a été confirmée.

32 blessés dont un grièvement, tel est le lourd bilan des violents affrontements entre supporters qui ont eu lieu avant la rencontre entre l'OGC Nice et le FC Cologne au stade de l'Allianz Riviera à Nice, le 8 septembre, comme le rapporte notamment l'AFP. Selon des sources policières citées par BFM TV, neuf blessés légers sont à déplorer du côté de la police, à savoir sept CRS et deux policiers de sécurité publique. L'Equipe, entre autres, évoque un supporter blessé à l'arme blanche.

Prévu à 18h45, le coup d'envoi du match de Ligue Europa Conférence, qui s'est soldé par un match nul (1-1), a dû être reporté d’une heure en raison de graves incidents à l'Allianz Riviera, précédés dès l’après-midi par des dégradations qu'auraient commises des supporteurs allemands dans Nice : certains d'entre eux ont ainsi vandalisé la boutique officielle de l'OGC Nice, a rapporté Nice-Matin

A l'intérieur du stade ensuite, plusieurs centaines de supporters allemands cagoulés ont quitté peu avant 18h la tribune réservée aux 7 800 supporters du FC Cologne pour traverser le stade en passant devant la loge présidentielle, afin d'en découdre avec les supporters niçois. Selon la préfecture, interrogée par l'AFP, «ce sont les Allemands qui ont chargé».

Les supporteurs en sont venus aux mains, parfois armés de chaises ou de barres de fer arrachées dans le stade, dans une mêlée qui a impliqué les stadiers et les forces de l'ordre et causé des dizaines de blessés. Parmi eux, un supporter venu de la tribune du FC Cologne a été hospitalisé en «urgence absolue» après une chute de plus de cinq mètres entre deux niveaux des tribunes. Souffrant de nombreux traumatismes, ses jours ne seraient cependant pas en danger. 

«Très alcoolisé», l'homme était en réalité un supporter parisien, a précisé dès 20h la préfecture des Alpes-Maritimes, confirmant ainsi plusieurs sources qui avaient évoqué auprès de l''AFP la présence d'ultras du PSG dans la tribune du FC Cologne. Certains auraient été repérés par des supporters niçois avant la rencontre.

Au coup d'envoi du match, à 19h40, le club de supporters des «Supras Auteuil» du Paris Saint-Germain a ainsi brandi une banderole dans la tribune attribuée aux Allemands, a observé un journaliste de l'AFP, sur laquelle il était écrit : «25 ans Mentalité Ultra», précise Le Parisien, qui a également publié plusieurs photos montrant la violence des affrontements. Selon le quotidien, il existe en effet des liens assez anciens – depuis 2003 – entre les supporteurs de Cologne et ceux du PSG. Condamnant les incidents «avec la plus grande fermeté», le club parisien a souligné dans un communiqué publié le 9 septembre, que le groupe «Supras Auteuil» a été dissous en 2010 et que ses membres, interdits d'accès au Parc des Princes, «ne sont pas reconnus comme supporters du Paris Saint-Germain».

L'OGC Nice réclame une enquête

Après la fin du match, la préfecture des Alpes-Maritimes a condamné sur Twitter «le comportement inadmissible de quelques dizaines d'ultras alcoolisés». Dans un communiqué, le club niçois s'est dit «abasourdi par ce déferlement de violence» et a exprimé «sa désolation pour le public niçois», tout en demandant l'ouverture d'une enquête sur «les conditions qui ont rendu possibles cette succession d’événements [...] afin que les mesures nécessaires soient prises pour encadrer ses prochaines rencontres européennes». L'UEFA devrait s'emparer rapidement du dossier et pourrait prendre des sanctions à l'encontre du FC Cologne. 

La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra a quant à elle dénoncé «des violences inouïes», regrettant «que notre sport soit sali de cette façon».

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a annoncé à Nice-Matin qu’il enverrait «la facture» au FC Cologne, en évoquant les dégradations d'avant-match : des «trams tagués, des abribus cassés, la statue d’Apollon abîmée et des détritus dans toute la ville».

En août 2021, le derby de la Méditerranée entre Nice et Marseille en Ligue 1 avait dégénéré et la rencontre ne s'était jamais terminé. Des supporters niçois avaient alors envahi le terrain et l'avaient transformé en ring après que Dimitri Payet, le meneur de jeu de l'Olympique de Marseille, avait renvoyé vers la tribune une énième bouteille en plastique le visant.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix