Nice-Marseille : une enquête judiciaire ouverte après les violences qui ont mené à l'arrêt du match

Nice-Marseille : une enquête judiciaire ouverte après les violences qui ont mené à l'arrêt du match© VALERY HACHE Source: AFP
Vidéo
Cliché pris à Nice le 22 août 2021.
Suivez RT France surTelegram

La rencontre Nice-Marseille s'est définitivement arrêtée à la suite d'une bagarre sur le terrain entre joueurs et supporters le 22 août. L'ouverture d'une enquête judiciaire a été annoncée par le parquet niçois au lendemain des violences.

Le 22 août, la rencontre de Ligue 1 entre les clubs de football de Nice et Marseille a dû s'arrêter définitivement après un jet de bouteille qui a dégénéré en bagarre générale. Alors que les réactions politiques se multiplient, une enquête a été ouverte.  .

Le match Nice-Marseille a été suspendu durant une heure et demie, après que des supporters ont envahi le terrain à la suite d'un incident qui a enflammé la rencontre : une énième bouteille en plastique lancée sur le joueur marseillais Dimitri Payet, que ce dernier a renvoyée vers la tribune.

Un cordon de sécurité de stadiers a essayé d'arrêter les supporters, mais des coups ont été échangés à différents endroits du terrain, dans une mêlée entre joueurs des deux équipes, supporters et stadiers.

Nice menait 1-0, mais le match ne s'est pas terminé : après 90 minutes d'atermoiements, la rencontre a été définitivement arrêtée quand l'arbitre a constaté l'absence des Marseillais.

Le président du club de l'Olympique de Marseille, Pablo Longoria s'est exprimé dans une vidéo transmise aux médias : «La Ligue (LFP) a décidé de faire reprendre le match. On a décidé pour la sécurité de nos joueurs, qui ont été agressés lors de l'envahissement du terrain, de ne pas reprendre car la sécurité de nos joueurs n'était pas garantie.»

Le président du club Niçois, Jean-Pierre Rivère, a également pris la parole   «Je sais très bien que le match aurait pu reprendre. J'étais persuadé que cela se passerait très bien.»

L'actuel maire de Marseille, Benoit Payan, a pour sa part déploré une «sécurité défaillante».

Le sénateur communiste de Bouches-du-Rhône, Jérémy Bacchi, a promis qu'il allait écrire au ministre déléguée chargée des Sports.

Roxana Maracineanu a d'ailleurs réagi le 23 août sur l'antenne de Franceinfo, assurant qu'«une ligne rouge a été franchie en matière de violences à l'encontre des acteurs de jeu». «C'est inacceptable que nos supporters balancent des objets, soient violents, pénètrent dans les stades. Les clubs qui reçoivent des matchs sont responsables de la sécurité des joueurs, des entraîneurs et des arbitres qui sont sur le terrain avant tout et de ce qui se passe dans les tribunes dans les paroles et dans les actes», a-t-elle ajouté.

L'ancien joueur professionnel, Marc Libbra, reconverti dans le commentaire, a dénoncé une situation d'une «tristesse absolue».

Selon les informations de l'AFP ce 23 août qui cite le parquet de Nice, une enquête a été ouverte : «Une enquête est en cours, mais il n'y a pas de garde à vue à ce stade», a admis le parquet. Les deux clubs ont également été convoqués par la Commission de discipline de la Ligue.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»