«Elle est belle celle-là» : il risque jusqu’à six mois de prison pour une «quenelle» à Manuel Valls

Le Premier ministre n'est certainement pas un adepte de la «quenelle».© Capture d'écran du compte Twitter : @zitofaa
Le Premier ministre n'est certainement pas un adepte de la «quenelle».

Un jeune homme âgé de 22 ans a effectué le geste popularisé par l’humoriste Dieudonné en direction du Premier ministre, en déplacement dans une commune iséroise en proie deux semaines plus tôt à de véritables scènes d'émeutes.

Vendredi, le locataire de Matignon, s’est rendu à Moirans, qui avait été le théâtre de violents incidents provoqués par des gens du voyage en colère il y a deux semaines. Venu apporter son soutien et constater les dégâts, Manuel Valls a reçu un accueil un peu particulier de la part de certains jeunes.

«Elle est belle celle là»

Après une visite à la mairie, une foule l’attendait. Quelques centaines de personnes, pas toutes heureuses de voir Manuel Valls en ville. C’est à ce moment qu’un jeune homme a effectué la «quenelle» polémique alors qu’il se trouvait à proximité du Premier ministre. Il avait alors lâché : «Elle est belle celle là». Le tout, sous le regard d’une caméra.

Le geste pourrait bien lui coûter quelques ennuis. L’homme de 22 ans a été interpellé mardi matin à Rives, une ville non loin de Moirans. Il sera jugé au tribunal correctionnel en décembre.

«Il reconnaît avoir fait une quenelle mais affirme que ce n'était pas outrageant. Il dit que c'était un acte d'opposition politique», a expliqué Jean-Yves Coquillat, le procureur en charge de l’affaire.

Lourde peine

Le 11 décembre, le tribunal devra se pencher sur ce cas d’«outrage à personne dépositaire de l’autorité publique». L’incriminé encourt jusqu’à six mois de prison et 7500 euros d’amende.

A noter que pour l’instant, aucune interpellation n’a eu lieu concernant les émeutes. Pour rappel, une trentaine de véhicules avaient été incendiés, des voies de chemin fer coupées et des incendies déclarés.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales