«Je les trouve silencieux» : Jean-Marie Le Pen regrette «l'absence médiatique» des députés RN

- Avec AFP

Le fondateur du Front national (FN), Jean-Marie Le Pen, lors d'une séance photo à son domicile de Saint-Cloud, le 14 janvier 2021 (image d'illustration).© JOEL SAGET Source: AFP
Le fondateur du Front national (FN), Jean-Marie Le Pen, lors d'une séance photo à son domicile de Saint-Cloud, le 14 janvier 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'ancien chef du Front national, devenu Rassemblement national, a déploré dans le JDD une certaine «absence médiatique» des députés RN, les appelant à «réagir» en étant «agressif[s] à l’égard du pouvoir».

«Il y a une certaine absence médiatique du RN. Est-elle volontaire ? Ce n’est pas sûr», a estimé Jean-Marie Le Pen, co-fondateur du Front national, lors d'un entretien mis en ligne le 27 août par le JDD

«Lorsqu’on fait référence à la droite, on entend parler en permanence des Républicains, mais jamais du RN qui a pourtant un nombre de députés plus important. En politique, il ne suffit pas d’exister, il faut le faire savoir. Je les trouve silencieux. Ils doivent réagir», a-t-il ajouté. 

Stratégiquement, l'ancien chef de file du FN a expliqué que ces élus auraient à gagner en se montrant «agressif[s] à l’égard du pouvoir». 

«89 députés à l’Assemblée nationale, ce n’est pas encore le pouvoir, mais presque»

«[Emmanuel Macron] va devoir faire face à une série de difficultés importantes au cours du second [quinquennat]. Et c’est là qu’une formation d’opposition comme le RN peut apparaître comme une alternative», a-t-il fait valoir, rappelant que «le but de l’action politique [était] l’exercice du pouvoir». 

«Les cadres qui ont émergé à l’occasion de ces législatives doivent s’y préparer. 89 députés à l’Assemblée nationale, ce n’est pas encore le pouvoir, mais presque», a-t-il considéré.

Alors qu'a commencé la campagne pour la succession de sa fille Marine Le Pen à la tête du parti, Jean-Marie Le Pen a fait savoir qu'il ne prendrait pas position entre les deux candidats, l'eurodéputé Jordan Bardella et le maire de Perpignan Louis Aliot.

«Je ne soutiendrai personne. Les adhérents choisiront. Je n’ai pas de préférence», a-t-il insisté.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix