Stéphane Bern : «Moi qu'on imagine au mieux avec le pouvoir, je suis sur les barricades» (ENTRETIEN)

Stéphane Bern : «Moi qu'on imagine au mieux avec le pouvoir, je suis sur les barricades» (ENTRETIEN)© FRANCK FIFE Source: AFP
Esprit libre, Stéphane Bern s'affirme «un peu révolté et lanceur d'alerte» sur le patrimoine français (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Déboulonnage de statues, patrimoine à sauver, éoliennes, relation avec Emmanuel Macron... A la tête d'une mission de sauvegarde du patrimoine depuis 2017, Stéphane Bern se livre sans filtre pour RT France.

RT France : Depuis 2017, vous avez pris la tête d'une mission confiée par Emmanuel Macron afin de sauvegarder le patrimoine français et financer celui-ci, par l'intermédiaire d'un loto notamment. Depuis plusieurs semaines, vous exprimez publiquement une forme de lassitude sur le fait que le patrimoine français est de plus en plus menacé. Avez-vous constaté, depuis que vous avez travaillé sur la question, une dégradation progressive de celui-ci ?

Stéphane Bern (S.B.) : Oui d'une certaine manière. On sent une dégradation avec une sorte de permis de détruire qui est donné à beaucoup de maires qui s'affranchissent de toutes les règles depuis la loi Elan [loi de novembre 2018 portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique], avec notamment l'abandon des règles strictes qui étaient réservées aux architectes des Bâtiments de France.

Mais je note une conscience collective qui s'est réveillée. Cette conscience collective fait en sorte que chaque fois qu'une atteinte est portée au patrimoine, cela suscite la mobilisation sur les réseaux sociaux. Quand je reçois les alertes, moi-même je prends le relais. Je vais sur place, je manifeste et, ensuite, évidemment cela prend de l'ampleur. J'ai le sentiment que c'est comme les problèmes de mœurs, tel l'inceste : il y en a pas plus qu'il n'y en avait avant, mais on en parle davantage. Je ferai ce parallèle même s'il est un peu terrible et tragique. C'est un phénomène de loupe. On a le sentiment qu'il y a plus de mises en danger du patrimoine parce qu'on en parle davantage.
Après, effectivement, il y a des facteurs comme tous ces pouvoirs qui sont donnés à des maires – à qui on a retiré d'autres pouvoirs par ailleurs. On les laisse enlaidir en toute impunité leur village. J'ai lutté contre cela en Alsace ou à Meudon [Hauts-de-Seine] par exemple, avec des promoteurs immobiliers qui essaient à chaque fois d'entrer dans les brèches pour faire de l'argent au détriment du patrimoine. Les promoteurs n'en n'ont rien à faire du patrimoine.

RT France : Avez-vous conscience de devenir un porte-voix médiatique, une figure pour ceux qui tentent de lutter face à la machine administrative et qui n'ont pas d'exposition médiatique ?

S. B. : Ipso facto oui. Et je dirai que c'est presque malgré moi. On devient une sorte de porte-parole mais j'assume ma mission. Certains sont devenus des pleureurs du patrimoine. Pour ma part, j'essaie d'avoir une action positive, c'est-à-dire de restaurer le patrimoine. En trois ans, avec la mission Bern, on a restauré 280 monuments et récolté 127 millions d'euros. Ce sont des résultats concrets.

On a fait de moi, une sorte de vigie du patrimoine. J'assume et ce n'est pas drôle tous les jours

Fort de ces résultats obtenus avec le loto du patrimoine, entrepris avec l'appui du président de la République, c'est vrai qu'on a fait de moi, une sorte de vigie du patrimoine. J'assume et ce n'est pas drôle tous les jours. C'est le tonneau des Danaïdes, avec ce sentiment que plus on en fait, plus on a à faire. Mais ce n'est pas grave, je continue. Ma mission est bénévole, je ne coûte rien à l'Etat, j'ai rien à en tirer, à part des ennuis et d'y passer beaucoup de temps.

RT France : Ne considérez-vous pas que l'Etat se sert de cette mission et de votre notoriété pour se désengager dans la préservation du patrimoine ?

S. B. : Je ne crois pas. L'Etat continue de sacraliser 326 millions d'euros annuels pour la défense du patrimoine. Roselyne Bachelot [ministre de la Culture] a obtenu 614 millions d'euros dans le plan de relance pour le patrimoine dont 80 millions pour un plan de restauration de cathédrales. L'Etat ne peut s'engager que sur le patrimoine protégé, inscrit ou classé. J'interviens pour le reste, tout ce petit patrimoine qui, dans nos villages, crie famine et a besoin de moi.

On ne peut pas se servir de moi parce que je suis une anguille sur le plan politique

RT France : Discutez-vous souvent avec Emmanuel Macron de ce patrimoine qui n'est pas classé, pour que l'Etat s'engage davantage  ?

S. B. : Sauf que la loi ne le permet pas. On ne peut pas intervenir sur un patrimoine qui n'est pas protégé, au titre des monuments historiques. C'est au propriétaire ou aux collectivités locales de le faire. Avec la Fondation du patrimoine, on a créé des labels comme «Jardins remarquables» ou «le label de la Fondation du patrimoine». Celui-ci permet de défiscaliser ou de trouver des avantages financiers pour faire des récoltes de dons afin de sauver le patrimoine. C'est un peu comme la recherche : l'Etat ne peut pas tout et on a aussi besoin des particuliers, des entreprises, des mécènes et des générosités.

RT France : L'Etat ne peut-il pas aussi se servir de votre notoriété pour son image et sa communication ?

S. B. : On ne peut pas se servir de moi parce que je suis une anguille sur le plan politique. J'échappe à qui veut me récupérer. Des gens disent que je suis un ami d'Emmanuel Macron. Un ami c'est quelqu'un que vous pouvez appeler à 3h du matin. Je n'ai pas le sentiment que ce soit cela ici. On dit aussi que j'ai fait campagne pour lui. Cela n'a pas de sens. En même temps, on se connait un petit peu, il me fait confiance. Les résultats sont là. Pour le reste, je ne roule pour personne. Je suis très content qu'il m'ait donné la possibilité de mener à bien cette mission et j'essaie de m'en montrer digne. J'ai surtout des comptes à rendre aux Français.

On a importé d'Amérique, la woke culture, la cancel culture, où chaque communauté va vouloir décréter que telle ou telle figure est à proscrire. Cela n'a pas de sens

RT France : Il y a aussi ces volontés de déboulonner les statues ou de rebaptiser des rues qui portent le nom de figures historiques. Cela fait aussi partie du patrimoine. Quel est votre sentiment là-dessus ?

S. B. : C'est ridicule. On a importé d'Amérique, la woke culture, la cancel culture, où chaque communauté va vouloir décréter que telle ou telle figure est à proscrire. Cela n'a pas de sens. Qui va décerner des diplômes de vertu à des statues ? La dernière fois qu'on a donné le pouvoir à des hommes vertueux et des incorruptibles, cela s'est appelé la terreur. Je n'aime pas trop cela. Je pense que chaque statue a sa part d'ombre. D'ailleurs le soleil n'éclaire qu'une des faces de chaque statue. Il ne faut donc pas les déboulonner. En revanche, il faut les expliquer. D'ailleurs, à gauche comme à droite, je rencontre des gens de bonne volonté qui pensent la même chose. J'ai par exemple discuté avec Anne Hidalgo [maire socialiste de Paris] qui est tout à fait d'accord avec moi sur le sujet. Ce n'est pas en déboulonnant des statues, en mettant l'histoire sous le tapis, qu'on va l'apprendre. Au contraire, c'est bien que les statues nous interpellent : Qui est cette personne ? Qu'a-t-elle fait de bien, de mal ?

J'aimerais entendre ces gens sur les 40 millions d'esclaves qui existent toujours dans le monde et dans certains pays donnés en exemple

Qui suis-je pour juger quelqu'un ? Surtout, comment peut-on juger à l'aune d'aujourd'hui, ce qui a été fait il y a deux ou trois siècles ? C'est de l'anachronisme ! Aujourd'hui, la colonisation n'aurait pas de sens, on ne va pas se mettre à coloniser des terres à conquérir. Mais c'était l'époque qui voulait cela. Heureusement, on va vers le progrès. Mais j'aimerais entendre ces gens sur les 40 millions d'esclaves qui existent toujours dans le monde et dans certains pays donnés en exemple.

RT France : Comme le Qatar, avec la construction de ses stades pour sa Coupe du monde de football ?

S. B. : Exactement...

RT France : Cela vient-il d'un manque de courage en France avec cette dynamique qui préfère renier son histoire sans regarder ce qui se passe ailleurs ?

S. B. :  Absolument. Il y a des progrès à faire. Il y a une forme d'auto-flagellation permanente, celle de renier notre histoire, de ne pas l'assumer. Je vois cela pour Napoléon. C'est quand même le héros historique que le monde entier nous envie et célébré dans le monde entier.

Il y a une forme d'auto-flagellation permanente, celle de renier notre histoire, de ne pas l'assumer

Il n'y a qu'en France où par exemple on a exigé une vitrine sur Napoléon concernant l'esclavage [Napoléon a rétabli l'esclavage en 1802]. Sans comprendre pourquoi et dans quelles circonstances Napoléon a dû faire ce choix pour l'économie des colonies françaises de l'époque. Cela, tout le monde s'en fiche ! C'est le règne de l'émotion. C'est drôle qu'un pays cartésien comme le nôtre soit en permanence dans la dictature de l'émotion. On réagit à chaud. C'est toujours pour se dénigrer, pour dénigrer notre histoire et en donnant des leçons. Moi, je me garde de donner des leçons. Tout est intéressant dans l'histoire, tout est à apprendre, tout est controversé et c'est bien d'avoir les avis des uns et des autres. Mais gardons-nous de juger et de jauger l'histoire à l'aune de notre regard d'aujourd'hui.

RT France : A vous entendre, il n'y a pas de doute, il faut donc commémorer le bicentenaire de la mort de Napoléon...

S. B. : Bien sûr. On n'a pas d'autres grands personnages. Après tout, si vous voulez balayer Napoléon alors balayez le Code civil, le lycée, les gymnases, le baccalauréat, les préfets, les départements. Ne prenez pas ce qui vous arrange et jetez ce qui vous dérange.

Les déchets des éoliennes, on ne sait pas quoi en faire. Et on bétonnise les sols. Ce sont des tonnes de béton dans le sol dont on ne saura que faire dans les siècles qui viennent

RT France : Vous vous êtes également récemment opposé à l'installation d'éoliennes. Pour vous, sont-elles une menace contre le patrimoine, le terroir, nos campagnes, notre environnement ?

S. B. : Au début quand on ne savait pas, on pensait tous que les énergies renouvelables, c'était formidable. Mais quand elles sont plus polluantes que les énergies fossiles, il faut peut-être se poser des questions. Les Allemands renoncent actuellement aux éoliennes. D'ailleurs, il y a eu dernièrement un reportage sur Arte dévoilant la vérité sur les éoliennes, avec ces pales qui pourrissent. C'est comme quand on s'est lancé dans le nucléaire, on n'imaginait pas ce qu'on ferait 40 ans plus tard avec ses déchets. C'est la même chose. Les déchets des éoliennes, on ne sait pas quoi en faire. Et on bétonnise les sols. Ce sont des tonnes de béton dans le sol dont on ne saura que faire dans les siècles qui viennent.

Les éoliennes, ce sont aussi les oiseaux qui se jettent sur les pales, c'est le bruit qui gêne les vaches, c'est cette pollution visuelle et sonore pour les hommes... Et ça détruit les paysages comme ces 12 éoliennes devant la montagne Sainte-Victoire peinte par Cézanne... Cela n'a pas de sens. Et surtout, on ne pourra jamais s'en défaire.

RT France : Comment expliquez-vous que la France accepte cela ?

S. B. : Il y a des lobbies européens très puissants, notamment avec de l'argent venant du Danemark. Ils n'ont cessé d'en mettre dans tout le pays et ils ont détruit leur pays. Rendez-vous compte que l'Europe nous impose de mettre plus d'éoliennes. Ce sont des lobbies terribles qui sont à l'œuvre avec beaucoup d'argent. Certains partis écologistes sont aussi financés par le lobby éolien.

J'entends les maires des communes qui me disent qu'ils subissent des chantages. Tout cela se passe avec évidemment avec des dessous-de-table. Le maire qui refuse, on lui dit qu'il n'aura pas les subventions mais qu'il subira la pollution visuelle puisque les éoliennes seront installées dans la commune d'en face. Il y a des pressions qui sont faites en permanence sur les maires et sur les paysans car c'est un revenu plus important que ce qu'ils gagnent de leur travail. Mais je crois que les Français commencent à être vent debout. Il y a de plus en plus de protestations qui arrivent sur le bureau de la ministre [de la Transition écologique] Barbara Pompili et du président de la République. Lui-même en a parlé en disant que cela commençait à bien faire...

Ça devient une dictature de l'éolienne

RT France : N'en demeure pas moins que c'est aussi l'Etat qui pousse à installer davantage d'éoliennes sur le territoire...

S. B. : C'est ça qui est fou. La France est même revenue sur les recours, en minimisant les recours possibles contre l'éolien. Ça devient une dictature de l'éolienne. Pour l'anecdote, j'ai protesté auprès de la banque BNP en leur disant que je ne que je ne comprenais pas leur discours, celui de dire soutenir le patrimoine tout en soutenant l'éolien, en mettant des pages de publicités «nous investissons pour votre avenir» avec une photo d'éoliennes. J'ai dit que je ne pouvais pas accepter cela. J'ai discuté avec le PDG qui m'a expliqué : «Vous comprenez pour nous, c'est 16 milliards d'actifs, donc c'est très important.»

L'éolien est tellement soutenu par les pouvoirs publics que les Français eux-mêmes préfèrent investir dans l'éolien. C'est en effet tellement garanti par l'Etat, que c'est un investissement sans risque. 

A chaque fois que je fais un voyage avec Emmanuel Macron, je lui montre les éoliennes et comment l'Etat détruit notre beau pays

RT France : Justement, n'en discutez-vous pas avec Emmanuel Macron pour montrer votre mécontentement ?

S. B. :  Je lui ai dit ce que j'en pensais. A chaque fois que je fais un voyage avec Emmanuel Macron, je lui montre les éoliennes et comment l'Etat détruit notre beau pays.

Je pense que les lobbies européens sont plus puissants que le pouvoir du président

RT France : Evidemment vous n'allez pas parler à sa place, mais sentez-vous qu'il est réceptif à ce que vous lui dites ?

S. B. : Mais oui, et c'est cela que je ne comprends pas. Je sens un homme qui, quand même, aime son pays, son patrimoine et estime qu'il y a trop d'éoliennes. Mais après, rien ne se fait. Je pense que les lobbies européens sont plus puissants que le pouvoir du président. Je ne vois pas d'autres explications. A moins que ce soit un double langage mais ce serait décevant.

RT France : Vous recevez des alertes chaque jour sur ce patrimoine français menacé ?

S. B. : Oui tout à fait. Les gens appellent au secours. De toute la France.

Moi qu'on imagine au mieux avec le pouvoir, je suis sur les barricades

RT France : Et cela ne vous décourage pas, vous restez plus que jamais motivé ?

S. B. : Oui. Du coup, on me voit sur les barricades. Alors moi qu'on imagine au mieux avec le pouvoir, je suis sur les barricades.

RT France : La défense des monuments, de la campagne, de l'environnement, de l'histoire... Vous êtes un peu sur tous les fronts...

S. B. : Oui un peu. Je suis un peu révolté et un peu lanceur d'alerte. Quand le gouvernement fait des choses qui me plaisent, je le dis. Je juge la politique à l'aune de ces deux critères : la défense du patrimoine et du patrimoine naturel.

Propos recueillis par Bastien Gouly

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»