Suppression de crédits pour le patrimoine ? «On me tire une balle dans le dos», lance Stéphane Bern

Suppression de crédits pour le patrimoine ? «On me tire une balle dans le dos», lance Stéphane Bern© LUDOVIC MARIN Source: AFP
Emmanuel Macron s'entretient avec l'animateur de télévision Stéphane Bern lors de leur visite au château de Thomery, près de Paris, le 20 septembre 2019.
Suivez RT France surTelegram

Envoyé au front pour récolter de l'argent pour le patrimoine, l'animateur s'est scandalisé que le gouvernement souhaite supprimer 25 millions d’euros de crédits dans ce domaine. Une manière de profiter de la générosité des citoyens ?

Chargé du loto du patrimoine, Stéphane Bern a battu en brèche la décision du gouvernement d’annuler 25 millions d’euros de crédits prévus pour ce domaine, contenue dans le projet de loi de finances rectificative 2019, examiné le 18 novembre par le Sénat. Les Sénateurs ont finalement choisi de retoquer cette coupe, qui correspondait à un peu plus des 22 millions d’euros qu’a rapportés le loto mené par l'animateur télévisé à la Fondation du patrimoine en 2018, mais le texte doit encore passer par l'Assemblée nationale.

«On me saborde. On m’envoie au combat et on me tire une balle dans le dos !», a tempêté Stéphane Bern, interrogé par Public Senat le 18 novembre, avant que la mesure ne soit retoquée. L'animateur a en effet peu apprécié «ce choix budgétaire de Bercy» qui aurait selon lui permis de tirer bénéfice de la générosité des citoyens sollicités pour préserver le patrimoine de la France.

L'animateur télé a ainsi expliqué à Public Senat s'être adressé directement à Emmanuel Macron. «Je compte bien obtenir le même arbitrage cette année. Je ferai en sorte que soit la compensation des taxes soit pérennisée, soit je demande définitivement l’abrogation de ces taxes sur le loto du patrimoine», avait confié celui qui, l'an passé, avait dénoncé la taxation du loto du patrimoine au profit des caisses de l'Etat. Cette mesure avait finalement été maintenue, mais compensée à hauteur de 21 millions d’euros.

«Il ne faut pas me prendre comme ça à rebrousse-poil ; je défends le patrimoine. C’est l’une des rares industries qui marche, qui n’est pas délocalisable et nourrit, directement et indirectement, 500 000 personnes en France», lançait encore Stéphane Bern.

Une «escroquerie» selon certains sénateurs

L'annulation de ce crédit pour le patrimoine n’a donc finalement pas été approuvé par les sénateurs. Le rapporteur Les Républicains (LR) du budget au Sénat, Albéric de Montgolfier, a même dénoncé «une escroquerie». Contre l'avis du gouvernement, ils ont rétabli les 25 millions d’euros de crédits pour le patrimoine. 

Toutefois, le texte doit désormais retourner à l’Assemblée nationale, et les députés, qui ont le dernier mot, pourront revenir sur celui-ci.

Lire aussi : Certaines recettes du loto du patrimoine ne seront finalement pas dédiées au patrimoine

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix