Pour Annie Lacroix-Riz, l'Ukraine a toujours été un facteur de conflit entre l'Europe et la Russie

Pour Annie Lacroix-Riz, l'Ukraine a toujours été un facteur de conflit entre l'Europe et la Russie© RT France
Annie Lacroix Riz sur le plateau de RT France

Selon Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine, la crise ukrainienne actuelle trouve ses fondements dans les anciennes velléités expansionnistes de certains pays d'Europe de l'Ouest au cours du siècle dernier.

Invitée sur le plateau de RT France le 11 juin, Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris VII-Denis Diderot a estimé que la crise ukrainienne ne pouvait être analysée sans prendre en considération sa dimension historique : «Il faut se rappeler que les deux guerres mondiales ont eu, pour un de leurs enjeux, la question ukrainienne.»

Pour expliquer les difficultés actuelles de la relance du processus de paix dans cette région, elle a rappelé que l’Ukraine, ancienne «partie substantielle» du territoire de l’empire de Russie, avait toujours été convoitée par «les pays capitalistes très puissants» de l’Europe de l’Ouest depuis le début du XXe siècle.

Elle a en outre ajouté qu’avec l’Allemagne, les Etats-Unis étaient, dès l’entre-deux-guerres, intéressés par le territoire ukrainien en raison de ses richesses agricoles mais surtout minières. Des considérations qui, selon elle, n’ont pas changé et qui expliqueraient, en partie, l’implication de ces Etats dans la crise actuelle.  

Lire aussi : Pour Moscou, la loi ukrainienne sur la souveraineté a tout d'une préparation à la guerre

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter