Baisse de l'indemnisation du chômage partiel pour une partie des salariés à partir du 1er février

Baisse de l'indemnisation du chômage partiel pour une partie des salariés à partir du 1er février© MIGUEL MEDINA Source: AFP
Une personne utilise une calculatrice pour remplir sa déclaration d'impôt sur le revenu, le 31 mars 2013 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Un projet de décret compte diminuer les indemnités de chômage partiel, à partir du 1er février 2021, pour les salariés français qui ne travaillent pas dans des entreprises fermées administrativement en raison de la crise sanitaire.

C'est une diminution qui devrait mécontenter une partie des salariés français, c'est à dire, a priori, tous ceux dont l'entreprise n'est pas fermée administrativement en raison du Covid-19.  

En effet, de nouvelles modalités du chômage partiel ont été définies dans une ordonnance adoptée le 21 décembre 2020, et dans un projet de décret transmis aux partenaires sociaux.

L'indemnisation des salariés au chômage partiel devrait être réduite le 1er février 2021, sauf pour les entreprises fermées sur décision administrative qui pourront continuer de bénéficier d'une prise en charge intégrale jusque fin juin 2021.

Une indemnité à hauteur de 60% minimum du salaire, contre 70 ou 84% actuellement  

Une ordonnance adoptée le 21 décembre en Conseil des ministres prolonge au-delà du 31 décembre, et jusqu'à la fin juin maximum, la possibilité de majorer les taux de prise en charge, c'est-à-dire de moduler le taux du chômage partiel en fonction des différents secteurs d'activité. 

Sur la base de cette ordonnance, un projet de décret détaillant les différents taux devrait être publié dans quelques jours, explique l'AFP.  

A compter du 1er février 2021, pour le régime de base, les salariés en chômage partiel devraient percevoir une indemnité à hauteur de 60% minimum de leur salaire horaire brut antérieur, contre 70% ou 84% net actuellement.  

L'employeur se verra versé, quant à lui, une allocation d'un taux s'élevant à 36% du salaire brut antérieur contre 60% aujourd'hui, dans la limite de 4,5 Smic, rapporte l'AFP. 

Le reste à charge pour les entreprises sur le paiement des heures chômées passera de 15 à 40%, une diminution qui aurait dû intervenir le 1er novembre, mais avait été repoussée par le gouvernement à cause d'une nouvelle hausse des cas de contamination de Covid-19 dès les mois de septembre-octobre. 

Chômage partiel pris en charge à 100% pour les entreprises fermées administrativement   

Le texte différencie les entreprises faisant partie de secteurs lourdement affectés par la crise sanitaire, comme celui du tourisme, de la culture, du sport et des loisirs, de l'hôtellerie-restauration, des transports, etc.

Rappelons que ces différents secteurs étaient déjà énumérés dans un décret du 29 juin 2020. 

Seules les entreprises qui accueillent du public et sont fermées sur décision administrative, en raison de la crise du Covid-19 (comme les cinémas et les théâtres), pourront continuer de bénéficier d'une prise en charge de 100% jusqu'à la fin juin si nécessaire, avec une rémunération maintenue à 70% brut pour les salariés.

Pour les autres entreprises des secteurs listés plus haut, le reste à charge, actuellement nul aujourd'hui, passera à 15% le 1er février, puis à 40% le 1er avril.

Autre précision apportée par l'ordonnance et le projet de décret : la possibilité de majorer la prise en charge du chômage partiel sur le fondement d'un critère géographique pour des entreprises touchées par des restrictions sanitaires territoriales ainsi que pour celles situées dans la zone de chalandise des stations de ski.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»