Ile-de-France : la région et des associations appellent l'Etat à combler les pertes dues au Covid-19

Ile-de-France : la région et des associations appellent l'Etat à combler les pertes dues au Covid-19© GEOFFROY VAN DER HASSELT Source: AFP
Le 11 mai 2020, une rame du métro parisien presque vide. (image d'illustration)

La perte de recettes due à l'épidémie de Covid-19 pour les transports d'Île-de-France est évaluée à 2,6 milliards d'euros. La région et une quinzaine d'associations d'usagers ont lancé une pétition pour demander à l'Etat de mettre la main à la poche.

La région Île-de-France et une quinzaine d'associations d'usagers des transports franciliens lancent un cri d'alarme. Elles réclament, dans une pétition adressée à Emmanuel Macron, que l'Etat vienne au secours d'Ile-de-France Mobilités (IDFM) – l’autorité organisatrice des transports publics franciliens – et comble le trou béant dans les caisses de l'organisme après une perte de recettes due au confinement et mesures de télétravail estimée à 2,6 milliards d'euros. Un pétition relayée par Valérie Pécresse, la présidente de la région. 

Depuis le 8 juillet, et la déclaration de mise en cessation de paiement d'IDFM qui paie les opérateurs de transports dont la RATP et la SNCF, la menace d'un arrêt des services des transports a pris corps. Pour la région comme pour les associations les transports publics sont «en péril». «L’urgence est réelle. Il faut sauver les transports du quotidien en Ile-de-France», ajoutent-elles.

Un effort de quatre milliards d'euros

L'enveloppe de l'Etat de 425 millions d'euros prévue pour moderniser le réseau ne suffit pas, selon les initiateurs de la pétition, qui expliquent : «L’Etat a été capable de financer des plans de sauvegarde pour le secteur privé comme pour l’automobile et l’aéronautique, il a le devoir de le faire pour les transports publics. Cela a été fait dans de nombreux autres pays confrontés à la même situation.»

Augmenter le prix du passe Navigo de 20€ par mois pour les cinq prochaines années

Les associations d'usagers rejettent l'idée d'une inflation de l'abonnement mensuel, le fameux Pass Navigo : «Il est aussi hors de question d’augmenter le prix du passe Navigo de 20€ par mois pour les cinq prochaines années. Ce n’est pas aux Franciliennes et aux Franciliens de payer le prix de la crise sanitaire.»

Pour maintenir le niveau d'investissement nécessaire à la modernisation des transports en commun franciliens, garantir l'achat de nouvelles rames et combler le manque à gagner dû à la crise du Covid-19, l'effort réclamé à l'Etat est d'environ quatre milliards d'euros. Un effort jugé incontournable par la région et les associations d'usagers au regard des 5 millions de passagers quotidiens qui empruntent des modes de transports «à la fois écologiques, populaires et indispensables».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»