Quatre Etats membres de l’UE rejettent le plan de relance franco-allemand

Quatre Etats membres de l’UE rejettent le plan de relance franco-allemand Source: Reuters
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz, chef de file des Etats membres opposés au plan de relance européen franco-allemand, lors d’une conférence de presse à Vienne, Autriche, le 11 mai 2020 (illustration).

L’Autriche, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède ont répété leur opposition à toute dette émise au nom de l’Union européenne, base du plan de relance à 500 milliards d’euros proposé par la France et l’Allemagne.

L'Autriche, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède – surnommés les quatre «frugaux» en référence à la maîtrise de leurs finances publiques – ont fait savoir qu’ils rejetaient le plan de relance européen présenté par la France et l’Allemagne le 18 mai dernier.

Dans leur contre-proposition portée par le chancelier autrichien Sebastian Kurz, ils disent souhaiter une aide d'urgence pour les pays gravement touchés, mais sous la forme de prêts ponctuels à des conditions favorables et non de dotations financées sur le budget pluriannuel de l’Union européenne. Or c’était précisément la proposition d’Angela Merkel et d’Emmanuel Macron qui souhaitent la constitution d’un fonds de relance européen doté de 500 milliards d’euros.  

En outre, les quatre pays demandent que l'argent prêté soit «orienté vers les activités qui contribuent le plus à la reprise, telles que la recherche et l'innovation, un renforcement du secteur de la santé et une transition verte». Ces prêts ne seraient accordés aux Etats en difficulté que sur justification de leur affectation budgétaire.

Sans surprise, les quatre «frugaux» continuent de rejeter toute mutualisation de la dette, c’est-à-dire d’emprunt émis au nom de l’ensemble des Etats membres de l’Union européenne et non de chaque Etat individuellement.

Ils soulignent que ce processus permettrait aux économies européennes les moins respectueuses des règles du Pacte de stabilité et de croissance (aussi connu sous le nom de «critères de Maastricht») de bénéficier, indûment selon eux, d'un financement moins cher grâce aux économies plus fortes du Nord.

Actuellement, ces quatre pays, ainsi que la France et l’Allemagne, peuvent émettre des emprunts à taux négatifs, ce qui n’est pas le cas de l’Espagne, du Portugal, de l’Italie, de la Grèce et de l’Irlande.

Des prêts contre un «engagement ferme» à l'austérité 

En outre, les quatre signataires de la contre-proposition exigent, en contrepartie de l'aide accordée sous forme de prêts à des conditions avantageuses, que les pays concernés prennent «l'engagement ferme» de mettre en œuvre des réformes d'envergure et de respecter le cadre budgétaire imposé.

La proposition rejette en outre la perspective de toute «augmentation significative» du budget de l'UE, comme l'envisage le plan Macron-Merkel. Au lieu de cela, elle affirme que le budget de l'UE devrait être «modernisé» et que des économies pourraient être réalisées «en redéfinissant les priorités dans les domaines les moins susceptibles de contribuer à la reprise».

Les quatre acceptent toutefois que les dépenses budgétaires liées au Covid-19 soient privilégiées ou temporairement abondées. Mais ils notent que compte tenu des sombres prévisions économiques pour l’Union européenne, «des fonds supplémentaires pour l'UE, quelle que soit la manière dont ils sont financés, pèseront encore plus sur les budgets nationaux ».

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, doit présenter mercredi 27 mai une proposition révisée de budget européen pour la période 2021-2027, qui inclura sa vision pour un tel plan de relance.

Le Conseil européen face au risque de blocage

Or l'unanimité des Etats membres étant requise pour l'adoption du budget pluriannuel et du fonds de relance qui y est adossé, la prise de position des quatre pays préfigure des débats difficiles avec un risque de blocage du Conseil européen, l’organe réunissant les chefs d’Etat ou de gouvernement des 27. C’est à son président, le Belge Charles Michel, que reviendra la tâche difficile de la recherche d’un compromis.

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont mis sur la table lundi un plan de 500 milliards d'euros visant à relancer une économie mise à mal par la pandémie de Covid-19, via un mécanisme inédit de mutualisation de la dette européenne.

Le fait que l'Allemagne ait souscrit à l'idée d'une dette émise conjointement a été perçu comme un tournant décisif dans la construction européenne.

Lire aussi : Neuf dirigeants européens, dont Macron et Conte, appellent à créer des coronabonds

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»