Paris et Berlin proposent un plan de relance européen de 500 milliards d’euros

Paris et Berlin proposent un plan de relance européen de 500 milliards d’euros Source: AFP
Le président français Emmanuel Macron écoute la chancelière allemande Angela Merkel depuis le palais de l’Elysée à Paris à l’occasion d'une conférence de presse vidéo conjointe, le 18 mai 2020.

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont proposé, ce 18 mai, un plan de relance en Europe de 500 milliards d'euros. Il est accompagné d’une proposition pour renforcer la «souveraineté sanitaire stratégique» de l’UE.

«Pour soutenir une reprise durable qui rétablisse et renforce la croissance dans l’UE, l’Allemagne et la France soutiennent la création d’un Fonds de relance ambitieux, temporaire et ciblé, dans le cadre du prochain cadre financier pluriannuel [budget de l’UE sur plusieurs années]», peut-on lire dans une déclaration commune franco-allemande dont le texte a été mis en ligne ce lundi 18 mai sur le site de l’Elysée.

Ce fonds de relance serait doté de 500 milliards d’euros et destiné à soutenir les «secteurs et régions les plus touchés». La Commission européenne le financerait en empruntant sur les marchés «au nom de l'UE». Une première puisqu’il s’agirait d’une dette mutualisée dont le principe a été refusé jusqu’ici par de nombreux pays d’Europe du Nord, dont l’Allemagne mais aussi les Pays-Bas.

Il ne s’agit pas exactement des fameux «coronabonds», réclamés par plusieurs pays dont la France, mais ce plan, s'il est retenu par les 27 pays de l'Union européenne, s’en rapprocherait beaucoup. «Ce ne seront pas des prêts mais des dotations», a précisé Emmanuel Macron.

Outre ce fonds de relance, l’initiative franco-allemande propose cinq orientations pour renforcer la «souveraineté sanitaire stratégique» de l’UE : augmenter les capacités de recherche et développement dans le domaine des vaccins et des traitements ; mettre en place des «stocks stratégiques communs de produits pharmaceutiques et médicaux» ; coordonner les politiques européennes en matière de marchés publics communs pour les vaccins et traitements futurs ; mettre en place une task force de l’UE chargée de la santé et enfin définir des normes européennes communes en matière d’interopérabilité des données sanitaires.

En France, la Bourse a réagi avec optimisme à cette déclaration commune et l'indice composite des 40 premières valeurs boursières, le CAC 40 a clôturé en hausse de plus de 5%.

Ivan Lapchine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»