Russie et Europe vont favoriser les paiements roubles-euros en particulier pour l'énergie

Russie et Europe vont favoriser les paiements roubles-euros en particulier pour l'énergie Source: Sputnik
Montage photographique de coupures en roubles et en euros (illustration).

Pour des raisons historiques, la plupart des transactions commerciales entre l’Europe et la Russie se règlent encore en dollars. Mais depuis décembre 2018, l’Union européenne veut que l’euro joue un rôle plus important.

Selon l’agence de presse russe RBC, le vice-Premier ministre et ministre des Finances de Russie, Anton Silouanov, et le vice-président de la Commission européenne pour l'Union énergétique, Maros Sefcovic, sont convenus le 13 juin à Bruxelles de créer un groupe de travail chargé de promouvoir l’usage de l’euro et du rouble pour le commerce bilatéral. Ils ont en particulier évoqué les transactions liées à l’énergie, selon l’attaché de presse du ministre russe.

«Les parties ont noté que l'expansion de l'utilisation des monnaies nationales était mutuellement bénéfique, car elle réduisait les risques pour les entrepreneurs russes et européens», a déclaré le ministre russe à l’issue de leur rencontre.

Le service de presse d’Anton Silouanov a précisé que le groupe de travail étudierait les aspects techniques du passage en «devises nationales» c’est-à-dire en roubles et en euros des paiements du commerce bilatéral.

Le jour même, le vice-président de la Commission, le croate Maros Sefcovic a publié sur son compte twitter une photo le montrant serrant la main d’Anton Silouanov avec le commentaire : «Avec le vice-pm et ministre des Finances de Russie Silouanov sur un recours plus large à l’euro dans les transactions internationales liées à l’énergie. La Commission européenne va continuer de discuter de cette question vitale.»

Au cours de la réunion, les deux ministres ont également abordé la question de la participation des entreprises européennes à la mise en œuvre de projets nationaux approuvés en Russie. Anton Silouanov a assuré à son homologue européen que Moscou était intéressé par la coopération et ne voyait aucun obstacle à la participation d'entreprises étrangères. Il a également évoqué les mesures prises par les autorités russes pour améliorer le climat des affaires et la libéralisation des échanges.

54% des exportations russes vers l'UE facturées en dollars

Selon la Banque de Russie, la part du rouble dans les paiements avec l'Union européenne destinée à l'exportation de biens et services russes vers l'Europe s'élève à 8,3%, celle de l’euro à 34,3% et celle du dollar américain atteint 54%. Cette proportion est due à ce que la Russie exporte principalement du pétrole et du gaz vers l’UE et que les factures des livraisons d’hydrocarbures sont généralement libellées en dollars.

Lorsqu'elles importent des biens et des services de l'UE en Russie, les entreprises russes ont plus souvent recours au rouble et à l’euro. Dans ces cas, la part du rouble passe à 28,4%, celle de l'euro à  48,5% et celle du dollar tombe à environ 22%.

En décembre 2018, la Commission européenne a présenté une feuille de route «pour continuer à renforcer le rôle de l'euro sur la scène mondiale». Dans un communiqué publié le 5 décembre la commission expliquait avoir «adopté une recommandation sur le rôle international de l'euro dans le domaine de l'énergie, promouvant une utilisation plus large de l'euro dans ce secteur stratégique».

Historiquement, le dollar a dominé le commerce des hydrocarbures en Europe. Les transactions sur le marché physique du pétrole et sur le marché des contrats à terme «papier» sont axées sur les indices de référence (Brent, WTI) qui sont cotés en dollars. Sur le marché du gaz naturel, la situation pour l'euro est plus favorable. En effet, les transactions sont libellées en livres sterling et en euros, de même que les contrats d'importation de gaz de la Norvège vers l'Union européenne. Mais la plupart des importations en provenance d’autres pays, y compris la Russie, sont jusqu’ici libellées en dollars.

Lire aussi : Donald Trump menace de sanctions les partenaires européens de Nord Stream 2

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»