En Algérie, la Russie s’attaque au quasi-monopole des exportations françaises de blé

En Algérie, la Russie s’attaque au quasi-monopole des exportations françaises de blé Source: AFP
Tracteur dans un champ de blé près de Saint-Philbert-sur-Risle (Eure) en France, en juillet 2018 (illustration).

Alger pourrait se détourner du blé français au profit du blé russe, notamment en raison de coûts qui se sont envolés en Europe. Mais pour cela, Alger devra revoir certaines de ses normes sanitaires.

«L’Algérie va-t-elle se tourner totalement vers le blé russe, au détriment du blé français ?», s’interroge ce 11 octobre le site web d’informations TSA [Tout sur l’Algérie]. Il estime en outre qu’une telle décision «serait une première en la matière» et rappelle que l’Algérie a déjà importé du blé russe en 2017.

Il est vrai que les volumes représentaient alors une commande d’un montant symbolique de 5 millions d’euros alors que la France pesait pour 98% dans les importations algériennes de blé tendre en provenance de l’Union européenne, lesquelles représentent plus de 80% du total. Les ventes françaises de blé tendre à l'Algérie ont ainsi atteint, pour la campagne 2017-2018, (de juillet à juin) un montant estimé (sur la base du cours de référence du Rendu Rouen) à près de 500 millions d’euros. 

Mais en étant à ce point dépendante de la France, l’Algérie s’expose à de fortes variations de coût. Sur les cinq dernières années par exemple, on observe des cours du blé tendre évoluant dans une fourchette comprise entre 166 et 209 euros la tonne. Et, une certaine partie de la presse algérienne, comme le quotidien Le soir d’Algérie, dans un article paru le 10 octobre et intitulé La guerre des céréales, n’hésite pas à mentionner des rumeurs selon lesquelles la préférence du gouvernement algérien pour le blé français en Algérie serait le résultat d’«accords secrets».

Des critères de qualité au centre des débats

Mais des critères objectifs de qualité expliquent, au moins en partie, cette situation. Tous les blés contiennent une petite proportion de grains endommagés, et, pour le moment, le blé français est quasiment le seul à satisfaire les exigences sanitaires algériennes qui acceptent au maximum 0,1% de grains dits «punaisés».  

Or, selon des témoignages d’experts cités par l’agence pan-africaine Ecofin basée en Suisse et spécialiste du négoce de produits agricoles, pour se fournir durablement auprès de la Russie, quatrième producteur et premier exportateur mondial de blé, l’Algérie devrait abaisser ses normes à 0,5%.

Mais Ecofin rapporte aussi les propos d’un négociant ayant requis l’anonymat qui affirme que «la question n’est pas de savoir si oui ou non l’OAIC [Office algérien interprofessionnel des céréales] modifiera ses exigences pour les grains punaisés, mais quand».

Pour sa part, plus sibyllin, le site TSA écrit : «Sans présager de la qualité du blé russe, cette décision, si elle devait se concrétiser, laisse à penser que les autorités ont choisi de rogner sur la qualité du pain, pour maintenir son prix actuel. Une solution de moindre mal, pour ne pas toucher au système des subventions en vigueur dans le secteur.»

Un enjeu de politique internationale

La réponse devrait tomber rapidement, même si rien ne garantit qu’elle soit rendue intégralement publique. En effet, au début de l’été, Alger avait lancé un appel d’offre pour 360 000 tonnes de blé meunier livrables en novembre et auquel ont répondu des fournisseurs russes aussi bien que français.

Du côté russe, on semble confiant dans les chances de succès sur ce nouveau marché après s’être déjà imposé récemment en Egypte. Ainsi la presse algérienne cite largement un communiqué de presse du Rosselskhonadzor, une agence de contrôle rattachée au ministère russe de l’Agriculture qui proclame : «L’Algérie est extrêmement intéressée par l’importation de blé russe et envisagera cette possibilité après avoir analysé les informations reçues lors de l’inspection […] du lot de blé d’essai qui sera envoyé à l’Algérie dans un avenir proche.» 

Mais certains commentateurs voient aussi dans ce possible changement de fournisseur une explication politique. Le Soir d’Algérie considère pour sa part que l’éventuelle décision de poursuivre son approvisionnement auprès de la France ou de pencher vers le blé tendre de Russie devrait être prise «au moment où les relations algéro-russes se trouvent à leur plus haut niveau et qu’a contrario se trouvent figées les liens entre Alger et Paris».

Lire aussi : «Le président Bouteflika est maintenu en vie artificiellement» : Alger recadre l’ex-chef de la DGSE

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter