Les entreprises allemandes s’alarment des conséquences des sanctions américaines contre la Russie

Les entreprises allemandes s’alarment des conséquences des sanctions américaines contre la Russie Source: Reuters
A Moscou, sur le toit de l’ambassade d’Allemagne, des employés fixent une bannière sur laquelle est écrit, en russe : «L’Allemagne attend avec impatience le championnat du monde de football 2018» (illustration).

Le patronat allemand s’inquiète de l’impact sur ses intérêts commerciaux des dernières sanctions américaines. Angela Merkel devrait aborder cette question et demander des exemptions, lors de sa prochaine visite à Washington.

Les entreprises allemandes travaillant en Russie font face au risque d'énormes pertes financières à cause de la dernière série des sanctions américaines contre la Russie, selon la chambre de commerce allemande.

«Dans le pire des scénarios, les pertes des entreprises pourraient s'élever à près de 1,5 milliard d'euros», a fait savoir l’organisation. Pour son président, Matthias Schepp, «l'ensemble des entreprises allemandes en Russie est pris en otage, via la pression exercée par un tiers».

Le 18 avril, le Wall Street Journal a rapporté que l'Allemagne avait l'intention de demander au président américain Donald Trump, pour les entreprises allemandes, des exemptions vis-à-vis des nouvelles sanctions américaines contre la Russie.

Le journal, se référant à des dirigeants allemands, affirmait également que la chancelière Angela Merkel aborderait la question avec le président des Etats-Unis plus tard, lors de sa visite de travail à Washington qui aura lieu le 26 avril.

La place laissée vacante par les entreprises européennes pourrait être vite comblée par la Chine

La chambre de commerce a averti que les entreprises allemandes travaillant en Russie entretenaient des partenariats étroits avec des entreprises et des individus ciblés par le dernier cycle de sanctions américaines. Le groupe automobile russe GAZ, le groupe métallurgique et énergétique Renova, la marque mondiale d'aluminium Rusal et le PDG de Gazprom, Alexeï Miller, sont des personnes ou entités clés des opérations commerciales des entreprises allemandes en Russie.

Matthias Schepp estime que la Russie ne serait pas isolée et, que si ses partenaires européens étaient empêchés de faire des affaires avec elle, les entreprises asiatiques n'hésiteraient pas à les remplacer. «Si les entreprises allemandes et américaines font face à des obstacles en travaillant en Russie, les entreprises asiatiques, en particulier les entreprises chinoises, combleront progressivement l’espace vacant», a souligné Matthias Schepp. «On ne sait pas encore quel impact une coopération plus étroite entre "l'ours russe" et le "dragon chinois" sur le long terme pourrait avoir sur les intérêts occidentaux», a-t-il ajouté.

Le Comité allemand des relations économiques de l'Europe de l'Est s'est fait l'écho du message dans un rapport envoyé à RT. «Les entreprises allemandes craignent une perte à court terme d'opérations commerciales en cours d'une valeur de centaines de millions d'euros. En outre, la résiliation à court terme de contrats avec des fournisseurs, par exemple, pourrait entraîner des pertes de production tout au long de la chaîne de production, car il faut trouver un remplacement (de qualité égale). Une entreprise peut également être affectée par des sanctions directes si elle vend, en tant qu'intermédiaire, les produits d'une entreprise figurant sur la liste des sanctions à une société américaine ou à un citoyen américain», écrit le comité.

Il ajoute que des concurrents tels que la Chine, le Japon et la Corée du Sud pourraient récupérer les parts de marché que l'Allemagne et l'Europe perdraient. Selon le rapport, le comité fait savoir que «le gouvernement fédéral allemand et l'UE devraient faire en sorte que leur opposition à l'application extraterritoriale des sanctions américaines clarifie et protège les entreprises de l'UE contre des sanctions si nécessaire».

Lire aussi : En Allemagne, des voix se font entendre pour critiquer l'expulsion de quatre diplomates russes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter