Les îles Marshall deviennent le premier Etat à adopter une cryptomonnaie comme devise officielle

Les îles Marshall deviennent le premier Etat à adopter une cryptomonnaie comme devise officielle© Giff Johnson Source: AFP
Vue d'une des îles composant l'Etat des îles Marshall

Le gouvernement des îles Marshall a voté une loi instituant le Sovereign comme nouvelle devise officielle. Cette monnaie virtuelle, dont le développement est assuré par une entreprise israélienne, devra à terme y remplacer le dollar américain.

Les îles Marshall s'apprêtent à devenir la première nation au monde à adopter une cryptomonnaie comme devise officielle. Le 28 février dernier, cet archipel du Pacifique a adopté une loi établissant le Sovereign («souverain» en anglais) comme monnaie officielle, qui devrait donc circuler aux côtés du dollar américain avant l'arrêt progressif de l'utilisation de celui-ci.

Ce petit Etat composé de plus de mille îles et comptant 50 000 habitants a fixé le cadre légal de cette cryptomonnaie qui, contrairement à l'Ether ou au Bitcoin, nécessitera l'identification de ses usagers. La nature et la provenance des fonds devraient ainsi être transparentes.

Pour développer ce projet sans précédent, les îles Marshall ont fait appel à la start-up israélienne Neema. Interrogé par Reuters, l'un des ministres du pays, le nombre de Sovereign en circulation devrait être plafonné, afin d'éviter les risques d'inflations. 

Cette décision a notamment pour but de permettre aux îles Marshall de se passer progressivement du dollar américain : les principaux revenus du pays proviennent des subventions que lui accordent les Etats-Unis par le biais d'un contrat de libre association, ainsi qu'en échange de l'utilisation par l'armée américaine de terrains sur l'île de Kwajalein afin de procéder à des essais de tirs de missiles.

Sur fond d'hostilité croissante de la part des différents régulateurs financiers à l'égard des cryptomonnaies, plusieurs instances, à l'instar de la Banque centrale européenne, ont émis des avertissements quant aux risques que représenteraient les devises virtuelles. Les îles Marshall ne sont néanmoins pas les seules à tenter l'expérience : le Venezuela a lancé, un peu plus tôt cette année, une cryptomonnaie appelée Petro, basée sur des actifs tangibles, à savoir les réserves de pétrole du pays, mais aussi celles de gaz ainsi que les stocks d'or et de diamants.

Lire aussi : «L'innovation de l'avenir» : selon des experts la chute du Bitcoin ne remet pas en cause son avenir

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter