Italie : ouverture d'une enquête contre Apple et Samsung pour obsolescence programmée

- Avec AFP

Italie : ouverture d'une enquête contre Apple et Samsung pour obsolescence programmée© Aly Song Source: Reuters
Le logo d'Apple

L'autorité garante de la concurrence en Italie, l'antitrust, a annoncé le 18 janvier avoir ouvert une enquête contre les géants de l'électronique Samsung et Apple pour obsolescence programmée.

Les groupes Apple et Samsung sont soupçonnés d'avoir mis en place «une politique commerciale générale visant à exploiter les carences de certains composants pour réduire dans le temps les prestations de leurs produits afin d'inciter les consommateurs à acheter de nouvelles versions», a expliqué le 18 janvier l'autorité garante de la concurrence en Italie, l'antitrust, dans un communiqué. Deux enquêtes distinctes ont été ouvertes, faisant suite à des plaintes de consommateurs.

Ces enquêtes visent aussi les mises à jour proposées aux clients «sans signaler les conséquences possibles de ces mises à jour ni fournir suffisamment d'informations sur la manière de maintenir un niveau adéquat de prestation des dispositifs», le tout en violation de plusieurs articles du Code du commerce, selon l'antitrust. 

L'autorité a précisé avoir déjà mené, avec l'appui de la police financière, des inspections aux sièges des deux groupes en Italie.

En France, le parquet de Paris a ouvert le 5 janvier une enquête préliminaire pour «obsolescence programmée» et «tromperie» contre Apple, qui a reconnu le 21 décembre qu'il bridait volontairement les performances de ses iPhone après un certain temps dans le but annoncé de prolonger leur durée de vie.

Ces aveux sont venus pour la première fois confirmer des rumeurs de possibles ralentissements volontaires des téléphones vedettes du géant américain, récurrentes depuis des années dans la presse spécialisée et les nombreux sites consacrés à Apple.

La firme californienne, qui commercialise chaque année un nouveau modèle de son téléphone vedette, est également visée par des plaintes aux Etats-Unis et en Russie. Le 18 janvier, elle a promis que les propriétaires d'iPhone auraient bientôt le choix de ralentir ou non leur appareil selon l'état de la batterie.

Lire aussi : Apple n'a pas payé les 13 milliards d'euros réclamés par la Commission européenne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter