Pourquoi la société Danone s'apprête-t-elle à déporter 5 000 vaches en Sibérie ?

Pourquoi la société Danone s'apprête-t-elle à déporter 5 000 vaches en Sibérie ?© SERGEI GAPON / AFP
Illustration : une agricultrice trait une vache à Jadeny, en Biélorusse

Pas rebuté par les sanctions européennes contre la Russie, le géant français de l'agroalimentaire va expédier plusieurs milliers de vaches en Sibérie. Avec cette production locale, le groupe tente de résister à l’inflation du prix du lait en Russie.

Alors que Danone n’investit généralement pas dans l’agriculture, le leader mondial de l'agroalimentaire a fait une exception pour la Russie. Ainsi, selon une information publiée par Bloomberg, Danone a commencé l’acheminement de 5 000 vaches à destination de sa ferme de 60 hectares exploitée avec le producteur russe Damate, à Tioumen, en Sibérie occidentale, à près de 2 000 km de Moscou. Les bovidés, tous de race Holstein, devront en parcourir jusqu’à 4 500 depuis les Pays-Bas et l’Allemagne.

Le groupe souhaite ainsi faire face, pour sa production locale de produits laitiers, à l’inflation du prix du lait en Russie. «Les prix du lait ont augmenté régulièrement […] Cela met sous pression des produits comme le yaourt» fait remarquer Charlie Cappetti, directeur de la zone Russie chez Danone cité par Bloomberg.

Avec une hausse de 14% en 2016, les prix du lait ont poursuivi en Russie leur augmentation causée en grande partie par l’embargo sur les produits agroalimentaires européens (dont le lait) décrété en 2014 en réponse aux sanctions européennes contre la Russie.  

Alors que Danone connait en Russie une des plus fortes croissances de ses ventes, notamment de yaourts, pour ses marques internationales ou locales, comme le leader Prostokvaсhino, le groupe doit faire face au faible volume de la production laitière russe, assurée essentiellement par des exploitations de petite taille.  

«Le volume de la production russe de lait cru représente près de 30 millions de tonnes. 40% sont produits dans des exploitations individuelles pour une consommation personnelle. Concrètement, sur 30 millions de tonnes de lait brut, un peu plus de 17 millions sont transformées, ce qui est loin d’être suffisant pour approvisionner le marché en produits laitiers», confiait cette année auCourrier de Russie Lioudmila Manitskaïa, directrice exécutive de l’Union laitière de Russie.

Pas rebuté par les sanctions européennes, Danone, présent en Russie depuis 1992, continue d'investir dans le pays. Cette année-là, la marque avait ouvert son premier magasin dans le bas de l’actuelle rue Tverskaïa, auparavant connue sous le nom d’avenue Gorki et qui avait la réputation d’être les Champs-Elysées de Moscou.

Le groupe a depuis construit, à Tchékhov près de Moscou, sa plus grande usine au monde, d’une capacité annuelle d’environ 30 000 tonnes de yaourts et fromages frais destinés au marché intérieur. Avec la prise de contrôle, en 2010, du groupe russe Unimilk, détenteur de Prostokvashino, Danone est devenu le leader des produits laitiers en Russie, son quatrième marché dans le monde. Il y possède actuellement 16 usines, (en plus de la ferme de Tioumen) et y emploie environ 10 000 personnes.

Lire aussi : Vladimir Poutine : «Les sanctions nous ont obligé à mettre nos cerveaux en marche»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.