Pas de nationalisation, les chantiers navals STX de Saint-Nazaire passent sous contrôle italien

- Avec AFP

Pas de nationalisation, les chantiers navals STX de Saint-Nazaire passent sous contrôle italien© LOIC VENANCE Source: AFP
Le port de Saint-Nazaire

Le constructeur naval italien Fincantieri va racheter entre 45 et 49% des parts de STX. Un groupe bancaire transalpin va en acquérir 10%, faisant donc passer STX sous giron italien. Une nationalisation, un temps étudiée, n'est plus à l'ordre du jour.

Les journaux Le Monde et Les Echos annoncent dans leur édition du 6 avril que les chantiers navals STX de Saint-Nazaire s'apprêtent à passer sous contrôle italien, via le constructeur naval Fincantieri.

«Fincantieri a accepté de ne prendre qu'une majorité relative, de l'ordre de 45% à 49%», assure Le Monde. «L'Italie aurait néanmoins le contrôle [de STX France], grâce à la présence d'une fondation bancaire privée italienne qui obtiendrait autour de 10% [des parts de STX France]», précise le quotidien.

Le Monde ajoute que «le reste des titres devrait se partager entre l'Etat français, qui conserverait ses 33% actuels – sa minorité de blocage – et le groupe militaire public DCNS, qui obtiendrait 10% ou un peu plus». Ce montage capitalistique a pour vocation d'empêcher Fincantieri de devenir le seul maître à bord.

Selon Les Echos, lors d'un point presse prévu le 6 avril à Paris, le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, «confirmera qu'il n'est pas question de nationaliser ce fleuron de l'industrie navale française», malgré des prises de position en faveur de cette hypothèse par plusieurs candidats à la présidentielle, dont Benoît Hamon et François Fillon.

La possibilité d'une «nationalisation transitoire» des chantiers STX – où travaillent 2 600 salariés – avaient effet été évoquée avec insistance dans l'éventualité où l'Etat ne parvenait pas à un accord satisfaisant avec Fincantieri.

L'Italien est le seul candidat à avoir déposé une offre de reprise des chantiers STX France de Saint-Nazaire, filiale florissante du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuliding en faillite.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»