«Remède d’eau tiède» ? A peine présenté, le programme économique de Macron attaqué de toutes parts

«Remède d’eau tiède» ? A peine présenté, le programme économique de Macron attaqué de toutes parts© Patrick Kovarik Source: AFP
Emmanuel Macron a dévoilé son programme économique... et il n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd

Le candidat à l'Elysée, qui a tout récemment révélé son projet pour baisser les dépenses publiques et réaliser de nouveaux investissements, a été la cible de vives critiques de la part de ses concurrents, et ce dans l'ensemble du spectre politique.

Le 23 février, Emmanuel Macron a dévoilé son projet économique dans le quotidien spécialisé Les Echos, proposant notamment de baisser les dépenses publiques de 60 milliards d’euros, pour ensuite réaliser 50 milliards d’euros d’investissements publics.

Mais à peine le texte était-il paru que le candidat du mouvement En Marche ! était pris pour cible par les autres formations politiques.

Le FN fait front... contre Macron

«Le bilan de Macron [en tant que] ministre de l'Economie : 400 000 chômeurs supplémentaires en deux ans», a déclaré le Secrétaire général du Front national Nicolas Bay, sur BFMTV.

Le vice-président du parti frontiste, Florian Philippot, a pour sa part tweeté : «Macron a exactement le même programme économique que Hollande en 2012. Rien sur le drame de l'UE. Et pas du tout financé.»

Les Républicains également à l'attaque

Le porte-parole de François Fillon, Thierry Solère, a lui aussi abordé le programme du candidat, sur Radio Classique : «C'est un remède d'eau tiède […] Avec les propositions que fait Emmanuel Macron, vous avez une garantie, il ne se passera rien.»

«La seule réalité d'Emmanuel Macron, c'est qu'il est le comptable de ce bilan [du quinquennat de François Hollande]. Il ferait mieux d'être lucide sur la responsabilité qui est la sienne», a-t-il poursuivi.

«Macron est toujours dans l'ambiance, il veut baisser les impôts mais les a fait augmenter de 11 milliards avec Hollande», a écrit la porte-parole des Républicains, Valérie Boyer, sur Twitter.

De son côté, Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, a estimé qu'il était incohérent qu'Emmanuel Macron propose de diminuer la Contribution sociale généralisée (CSG), un prélèvement visant à financer la sécurité sociale, après avoir promis de ne pas baisser les retraites.

Hamon dénonce un manque d'audace

Le candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle, Benoît Hamon, a pour sa part abordé la question sur le plateau de l'émission Télé Matin : «Aujourd'hui, Emmanuel Macron nous propose quoi ? Quelle originalité, quelle audace ! De supprimer des postes de fonctionnaires comme Nicolas Sarkozy ou comme François Fillon [...] On l'a connu il y a 20 ou 30 ans en Angleterre et en Allemagne. Je suis vraiment frappé du classicisme libéral des propositions d'Emmanuel Macron.»

Lire aussi : Les cinq déclarations les plus ultralibérales du ministre socialiste Emmanuel Macron

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales