Pour Stiglitz, l'euro doit être réformé ou l'Union européenne sera condamnée au marasme économique

© Lisi Niesner Source: Reuters

La décision de créer une monnaie commune sans les institutions nécessaires à son fonctionnement a été «fatale» à la zone euro, a déclaré le prix Nobel d'économie, qui prône une réforme de l'euro afin que chaque pays puisse l'ajuster à son économie.

Dans son ouvrage intitulé Comment une monnaie commune menace l'avenir de l'Europe, qui sera publié la semaine prochaine, l'économiste affirme que la zone euro était défaillante à la base et destinée à s'effondrer, à moins que de profonds changements.

Lire aussi : «La crise bancaire italienne témoigne de l'absurdité du système européen»

«L'euro est souvent décrit comme un mauvais mariage. Un mauvais mariage implique deux personnes qui n'auraient jamais dû unir leurs vœux, censés être indissolubles. L'euro est plus complexe : c'est l'union de 19 pays différents se liant ensemble» peut-on lire dans un extrait de son livre publié dans le Guardian.

Professeur d'économie à l'Université de Colombia, ancien vice-président et économiste en chef de la Banque Mondiale, Joseph Stiglitz a affirmé que l'euro avait échoué à accomplir deux de ses principaux buts : la prospérité et l'intégration politique.

Selon l'économiste, une monnaie commune créée pour des nations dont les disparités économiques, sociales et politiques sont très fortes ne peut pas fonctionner. Il critique aussi les chefs d'Etat de la zone euro, arguant que ceux-ci ne comprennent pas ce qu'une union monétaire implique. La structure de l'eurozone n'aurait, à ses yeux, pas été dessinée afin d'apporter de la croissance, de l'emploi et de la stabilité.

«Le signe d'une économie efficace est une croissance rapide, dont les bénéfices sont largement partagés, avec un chômage faible. Ce qu'il s'est passé en Europe est l'opposé. […] Un petit pays en Europe peut, par exemple, être en récession alors que le reste de l'Europe se porte bien» indique Joseph Stiglitz dans son ouvrage.

La solution suggérée par Joseph Stiglitz est l'adoption d'un «euro flexible» au sein duquel chaque pays adopte sa propre version de la monnaie. Cet euro revisité permettrait aux pays de l'Europe du sud d'améliorer leurs exportations en gérant eux-mêmes leur taux de change et de diminuer leurs importations, afin de réguler leur balance commerciale et d'accéder au plein-emploi.

Lire aussi : Joseph Stiglitz claque la porte de la commission sur la transparence de l'économie panaméenne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales